Le Cloud et les cannibales

Guillaume Plouin

Guillaume Plouin

Responsable de l'offre Cloud Computing et Auteur de “Cloud Computing” chez Dunod, 2011

OCTO Technology

En savoir plus sur l'auteur

13 mai 2011 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amériques, Europe

Si l'informatique dans les nuages offre des opportunités à beaucoup d'acteurs, il est moins accessible aux fournisseurs informatiques traditionnels, qui y voient un risque de cannibalisme de leurs modèles économiques habituels.

Le Cloud Computing est une lame de fond inévitable tant il offre de possibilités pour les entreprises : élasticité, paiement à la consommation, externalisation de la "plomberie informatique", etc. Il crée une belle opportunité business pour les Pure Players issus du Web. Mais, comme je le soulignais, il n’est pas simple à adresser pour les fournisseurs informatiques traditionnels. Les grands éditeurs de progiciels de collaboration et d’ERP (Microsoft et SAP pour les citer) ont hésité à aller vers le SaaS : pour eux, le Cloud est une nouvelle opportunité certes, mais aussi un risque de tuer la poule aux œufs d’or (Office d’un coté, le lucratif écosystème SAP de l’autre). Ils y sont donc allés prudemment, laissant Google et Salesforce défricher le terrain. Voyant que le mouvement durait, ils ont accepté de commencer à déplumer la poule.Ils finiront peut être un jour leader de leur domaine sur le Cloud, car ils ont la confiance de leurs clients.

Cloud et éditeurs de middleware

Le PaaS pourrait cannibaliser le marché des serveurs d’applications et bases de données. Larry Allison a d’ailleurs déclaré que le Cloud était une mode ridicule, avant de repeindre son site à la peinture nuageuse. SalesForce s’est doté d’une belle offre PaaS, sans risque de cannibalisme. Le pas est moins évident pour IBM et Oracle. Les deux grands du Middleware sont toujours sur leurs gardes. Je pense qu’ils finiront tôt ou tard par présenter une offre PaaS comme database.com ou VMforce. Mais ils attendront d’être acculés. J’ai eu l’occasion de discuter avec certains hébergeurs français : ils sont tous plus ou moins en train de préparer une offre IaaS, à la Amazon Web Services. Mais le côté self service du Cloud leur pose problème : le hosting managé leur permettait de vendre des services de maintenance évolutive qui augmentait leurs marges.

Cloud et hébergeurs

Certains, comme Orange, essaient donc de ramener le Cloud vers leurs modèles économiques habituels, en proposant une offre forfaitaire, ou une offre combinée Cloud + Réseau. Beaucoup ont peu d'espoir de parvenir à concurrencer Amazon, mais espèrent que leurs clients préféreront un acteur national à un acteur américain pour des raisons de protection des données. Il me semble que le Cloud est un changement de paradigme majeur qui bouscule tous les acteurs de l’informatique : j’aurais pu évoquer aussi les intégrateurs qui verront leur spectre d’intervention se réduire, ou des possibles réductions d’effectifs dans les DSI… Chacun va devoir se repositionner et accepter de sacrifier ses acquis, issus des premiers âges de l’informatique.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas