Au delà du consommacteur, le consommateur créatif

Marion Roucheux

Marion Roucheux

Chef de Projet Marketing

La Cartoonerie

En savoir plus sur l'auteur

10 avril 2009 1 commentaire

L'internaute est de plus en plus impliqué dans les stratégies marketing des marques. Ces dernières s'inspirent des usages des consommateurs pour les inclure directement dans le processus créatif des campagnes.

Par Marion Roucheux, Chef de Projet Marketing à la Cartoonerie
Quand j'observe le marketing d'aujourd'hui, et donc le consommateur, on voit que ce dernier est passé du passif à l'actif voire au créatif. Jusque là j'entendais souvent parler du consommateur marketeur. Prenons le fameux exemple de Starbucks : la marque a fait appel à ses consommateurs sur le web pour leur demander leur avis sur leurs prochains produits, jetant aux oubliettes les projets non retenus par les internautes. Idem pour Danette qui pour déterminer ses futures gammes de crèmes dessert organise des votes en ligne. Quel meilleur moyen de ne pas se tromper de cible que de demander directement à ses propres consommateurs les produits qu'ils attendent? Le tout en direct et sur un panel infini, merci Internet. Ces méthodes de marketing cèdent peu à peu la place au consommateur, et de nouvelles étapes de la communication de la marque lui sont désormais confiées.
Attirer et fidéliser le consommateur
Doritos ce mois-ci nous en donne une preuve supplémentaire. Non contente de proposer aux internautes de jouer aux publicitaires amateurs en les invitant à trouver le nom de leur dernier paquet de chips, la marque canadienne offre une récompense alléchante au gagnant. Ce dernier se verra en effet reverser un intéressement sur les ventes de ces chips pour lesquelles il aura créé la campagne (car il faut dire les choses comme elles sont : entre le travail de naming et la conception du clip, l'internaute devient à lui tout seul le directeur artistique de la marque!). Ce que j'en dis ? C'est du jamais vu ! Cette implication dans la marque, tous les annonceurs la recherchent. Et ils tentent de trouver les outils qui leur permettront d'attirer et surtout fidéliser le chaland. Les marques savent de mieux en mieux appréhender le web, et s'inspirent des usages devenus courants pour leurs consommateurs. D'où l'essor du User Generated Content (UGC) dans leurs campagnes.
L'UGC séduit les marques
Partis à l'origine des simples blogs, tous les canaux sont peu à peu exploités. Que ce soit la vidéo avec YouTube où les semi pro prennent la place des vrais amateurs. Ou des dispositifs plus inédits : Maggie a ainsi organisé il y a peu un concours qui invite les graphistes amateurs à rajeunir le mythique logo jaune et rouge de la marque. Les annonceurs exploitent les envies d'expression sur le web des internautes à leur profit : ils récupèrent ces usages en développant modules, sites événementiels ou encore concours. Et suscitent et exploitent la créativité des internautes. L'idée restant de proposer des outils de production de contenu plus axés sur l'audience, avec une forte valeur éditoriale. Une politique qui me paraît pertinente : créativité et engagement du consommateur vont forcément vers plus de qualitatif et de visibilité. Reste à voir si les marques ne vont pas continuer en impliquant de plus en plus les internautes dans la diffusion du contenu publicitaire, sur le mode des blogueurs qui servent déjà de prescripteurs.

Haut de page

1 Commentaire

Coca-Cola, une des marques les plus actives sur le web et le social media, permet même aux consommateurs d'être nominé au Lions de Cannes 2011 pour leurs créations.

Soumis par Yannig (non vérifié) - le 08 avril 2011 à 13h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas