L'entreprise étendue, dernière frontière de l'entreprise 2.0 ?

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Associé et «social business director» EMEA

Publicis Consultants Net Intelligenz

En savoir plus sur l'auteur

19 octobre 2012 9 commentaires

Entreprise 2.0, entreprise étendue, deux mots qui sont présentés comme synonymes, mais quand on regarde la réalité du fonctionnement des entreprises et les derniers mouvements stratégiques des éditeurs, il semble qu'il y ait un écart entre ces deux notions.

Pour le moment, interne et externe demeure un mur difficilement franchissable. Certaines entreprises font le choix de déployer dans un premier temps un réseau social d’entreprise, d’autres de privilégier une présence sur les médias sociaux en premier, mais il est rare que les deux se fassent simultanément. Quand à la collaboration avec les partenaires, cela est souvent un vœu pieux, même si comme le montre l’étude d’IBM sur les CEO, cela devrait changer. Quoiqu’il en soit, ce besoin de rendre les frontières de l’entreprise plus poreuses devient une véritable nécessité, notamment face à la montée en puissance des interactions avec les clients/prospects externes avec les entreprises.  En cela, développer une meilleure coordination notamment entre le marketing et la communication devient essentiel, comme le mettent en avant de plus en plus de spécialistes. C’est dans ce cadre, lors du Dreamforce 2012, que Jeremiah Owayang a expliqué que la gestion de la relation client ne pouvait plus se concevoir sans l’organisation d’un hub digital interne, visant à organiser ces flux entrants et sortants en permanence de l’entreprise.

Interne, externe une frontière à conquérir ?

Dans le même temps, Dion Hinchcliffe, toujours lors de la même conférence, a mis en avant l’idée que le prochain challenge du social business serait le social marketing,  répondant à ces mêmes enjeux d’interaction avec les collaborateurs. Dans ce cadre, il a mis en avant la question des collaborateurs comme ambassadeurs de l’entreprise comme une nécessité. Là encore, sans rentrer dans des détails organisationnels, les interactions entre les collaborateurs et les parties prenantes externes de l’entreprise deviennent de plus en plus prégnantes et importantes, dépassant la simple présence sur les médias sociaux. Cette nouvelle dimension n’a pas échappé aux éditeurs. Réunir dans un même espace collaboratif les collaborateurs et les parties prenantes externes, devient central dans la stratégie des éditeurs. Ainsi, certains en France comme Yoolinkpro dans sa nouvelle version, annonce la mise en place de communautés externes. Les majors n’échappent pas à ce mouvement puisque c’est ainsi que Microsoft explique le rachat de Yammer, afin de permettre cette ouverture vers l’extérieure, cette dernière étant moins évidente avec sa solution collaborative Sharepoint.

De nouveaux entrants sur le marché des réseaux sociaux d’entreprise

Cependant deux « nouveaux acteurs », et pas des moindres, viennent renforcer cette tendance, visant à inclure les parties prenantes externe au sein d’un réseau social d’entreprise. Ainsi, Linkedin, premier réseau social professionnel, a annoncé qu’il développait son application, afin de simplifier la gestion de communauté de collaborateurs de l’entreprise, complétant ainsi son offre tournée vers l’externe. Peu de temps après, c’est Google+ qui annonce une orientation de plus en plus réseau social d’entreprise, renforçant aussi le collaboratif entre communauté de collaborateurs, vision que nous étions un certain nombre à pressentir, dès son lancement l’année dernière. Dans ce cadre là, Google fluidifie aussi les interactions entre collaborateurs et parties prenantes externes. Cette dimension du collaboratif interne avec les parties prenantes externes a longtemps été de l’ordre du discours, il semble qu’elle prenne de plus en plus forme. Alors, l’externe, dernière frontière de l’entreprise 2.0 et du social business ?

Haut de page

9 Commentaires

L'ouverture, dernière frontière de l’entreprise 2.0 ?

Entreprise étendue ou ouverte, le concept n'est pas nouveau. Que les utilisateurs soient reconnus comme des acteurs de l'entreprise l'est beaucoup plus :)

Soumis par ocarbone - le 31 octobre 2012 à 11h10

LA nouveauté est l'impérative nécessité des entreprises d'écouter la voix de leurs fans, clients, partenaires et prospects, et de les inclure dans la chaîne de valeur de la société en leur demandant pro-activement de participer à certaines missions de l'entreprise (i.e. crowdsourcing). Lithium est un des pionniers depuis plus de 12 ans de ce principe avec nos 400 clients comme Skype, American Idol, Fox, Vodafone, Telefonica, Giffgaff, HP, Autodesk, Lenovo, RIM, Home Depot, Joe Mobile, et bien d'autres. La clé du succès réside dans la complémentarité entre la Science et l'Art de la communauté online. Pour Lithium, la science est notre plateforme communautaire et participative et l'Art est le corpus des bonnes pratiques communautaires. Notre Chief Community Office est à Paris le 13 novembre 2012 pour un workshop ouvert à tous les "community architects and managers".

Soumis par timwirth - le 05 novembre 2012 à 09h02

@ timwirth : nous sommes bien d'accord LA nouveauté n'est pas sur le terme 2.0, l'ouverture ou l'entreprise étendue.

La nouveauté est que les utilisateurs sont inclus dans la chaîne de valeur de la société, qu'ils en deviennent des acteurs potentiels :)

Soumis par ocarbone - le 08 novembre 2012 à 15h22

Vaste sujet !

J'ai tendance à associer l'Entreprise 2.0 à une "entreprise étendue". Voir mon article "Le Crowdsourcing ou "l'Entreprise distribuée"" http://max-hubert.belescot.over-blog.com/article-le-crowdsourcing-ou-l-entreprise-distribuee-105496064.html

Pour en savoir plus sur l'entreprise 2.0, voir aussi mes article consacrés à ce sujet dans l'onglet "Entreprise 2.0" d emon blog http://max-hubert.belescot.over-blog.com/categorie-12234611.html, dont l'article "L’Entreprise 2.0 : ses avantages, inconvénients, et limites" http://max-hubert.belescot.over-blog.com/article-l-entreprise-2-0-ses-avantages-inconvenients-et-limites-105506425.html

Max-Hubert BELESCOT

Soumis par contact.mhb - le 10 novembre 2012 à 18h03

Désolé pour le délai de réponse mais le système ne prévient pas des commentaires et j'étais un peu débordé.

@ocarbone en effet le concept n'est pas nouveau, y compris le discours sur les utilisateurs. Mais disons qu'entre la théorie et la pratique, la pratique commence à se concrétiser

Soumis par Anthony Poncier (non vérifié) - le 14 novembre 2012 à 17h50

Bonjour,
Avant tout merci pour l'intérêt de cet article et des commentaires associés.

J’exerce aujourd'hui au sein d'un groupe qui rassemble plusieurs activités dans des domaines divers et variés (la CAO, le PLM, l'ECM, le elearning...etc).

L'entreprise 2.0 (ou étendue selon le cas) représente chez nous une
organisation qui se construit avec tout sur l'Humain en le positionnant aux centres de l'organisation (ceci est valable pour ses collaborateurs, les partenaires, mais également les clients...), et qui a pour caractéristique de faire "évoluer" l'entreprise, de l’accompagner dans ses démarches de formalisation de sa stratégie, dans ses process d'innovation, dans ses modes de collaboration et dans sa capacité à absorber, capitaliser et diffuser sa connaissance.

En somme, nous considérons l'Entreprise 2.0 comme une organisation visionnaire, innovante, collaborative et apprenante, et ce, en s'appuyant sur le capital humain de son écosystème.

Sachez que nous organisons régulièrement des séminaires "pratiques" (ateliers/tables rondes/témoignages clients) sur le sujet. La prochaine représentation à lieu à Lyon le 4 décembre 2012. Je vous invite à participer à cette demi journée qui rassemblera bon nombre de nos clients et partenaires autour de la thématique Entreprise 2.0 (info & inscription ici : http://e2.visiativ.com)

Cdt,

J.Donzel

Soumis par jdonzel - le 26 novembre 2012 à 17h11

- Quoi qu'il en soit, et non : quoiqu'il en soit
- ces flux entrant et sortant de l'entreprise, et non : entrants et sortants
- certains en France annoncent, et non: annocne
etc.

Soumis par foussier (non vérifié) - le 29 novembre 2012 à 11h32

Bravo pur cet article dont la pertinence ne se dément toujours pas. Pour conpléter les réflexions sur le sujet, nous vous invitons à consulter le Livre Blanc que nous avons édité sur l'entreprise communautaire avec 5 témoignages d'experts et de praticiens de premier plan :
http://www.crossknowledge.com/fr_FR/elearning/media-center/livres-blancs/entreprise-communautaire/s.html

Soumis par AlexandreMuller - le 09 décembre 2012 à 17h00

foussier, l'article n'indique pas la nature des flux et les 2 formulations sont correctes.
Vous dîtes donc des âneries, revoyez vos règles de conjugaison au lieu de faire le malin. .

Pour rappel :
"Des flux entrants et sortants" indique que certains flux sont entrants, d'autres sont sortants.
"Des flux entrant et sortant" montre que chaque flux est à la fois entrant et sortant.

Soumis par akabob (non vérifié) - le 12 décembre 2012 à 09h56

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas