Internet 2006 : les mauvaises comètes et les bonnes galaxies du cyberespace

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

12 janvier 2006 Laisser un commentaire

Ca y est, l'année 2006 est bien lancée ! Au Mac World de San Francisco, Steve Jobs a de nouveau réussi à retenir l'attention notamment avec son dernier iPod désormais muni d'une télécommande radio FM. De quoi podcaster en temps réel ! Bilan ...

Ca y est, l'année 2006 est bien lancée ! Au Mac World de San Francisco, Steve Jobs a de nouveau réussi à retenir l'attention notamment avec son dernier iPod désormais muni d'une télécommande radio FM. De quoi podcaster en temps réel ! Bilan des courses ? 100 iPod vendus dans le monde par minute. Sur le marché des baladeurs numériques, les iPod sont ainsi devenus de véritables Frigidaires !
Côté CES , les grandes annonces ont été pour la plupart éclipsées par l'entrée en scène d'Asimo 2, robot aux gestes presque humains, gracieux pour beaucoup, terrifiant pour certains. A côté de lui, même Google , créateur l'an passé de plusieurs coups de foudre technologiques (Google Earth, Google Base : Wouah !...), est apparu plus banal. Difficile de devenir une grande entreprise sans ressembler aux autres; Espérons toutefois qu'une forme « d'esprit Google » continuera de souffler cette année.
Dans ce que nous aimerions ne plus voir dans le cyberespace, souhaitons la disparition de toutes les mauvaises comètes, de tous les êtres virtuels négatifs  !
D'abord tous les pièges  : virus, spyware, adware, phishing, toute cette pollution du cyberespace contre laquelle des boucliers techniques s'érigent de plus en plus vite, mais contre quoi la plus efficace des luttes tient souvent au bon sens (savoir par exemple qu'aucun n° de compte bancaire ou de carte bleue ne peut être demandé par email) et à la vigilance (pare-feux et système de mise à jour anti-virus sur tout vaisseau spatial, qu'il soit fixe ou portable, même si l'on navigue sur Mac).
Ensuite, toutes les barbaries  : sites pédophiles qui augmentent, sites racistes, répression des internautes (près de 70 cyber-dissidents ont été emprisonnés l'an passé pour avoir émis des opinions en ligne contraire à l'idéologie du régime politique de leur pays). Sans oublier les inconduites du « monde civilisé » : spams, splogs, fenêtres surgissantes transformant les pub en ligne en pot de peinture vulgairement jeté sur du contenu... Halte aussi, dès aujourd'hui, à l'expérience de vidéos publicitaires que l'on voit arriver sur les quais et dans certaines rames de la RATP (Métro ligne 1, pour ceux qui l'on vu). Ce « push » de films risque-t-il de saccager l'un des rares espaces de liberté et de silence que l'on peut avoir dans une journée ? C'est sans doute un peu excessif, mais les nouvelles technologies « d'affiches communicantes » qui donnent de l'information à la demande au passant devraient davantage être sollicitées !
Côté bonnes rencontres, heureuses fréquentations, le cyberespace est aussi peuplé d' êtres virtuels positifs , intéressants, utiles, parfois enchanteurs, que nous vous souhaitons d'utiliser de plus en plus.
Versant "pur Web", tous les bons sites de partage d'idées, d'informations ciblées, d'images, de relations communes susceptibles de vous être utiles. Les Flickr (partage de photos par thème), Del.icio.us (communauté d'internautes qui recueille les sites qui les passionnent). Le point commun de ces deux sites est de fonctionner par "tagging" ou "folksonomie". En clair, c'est un mode de classement des contenus numériques par mots-clefs provenant des utilisateurs (démarche bottom-up) et non d'une classification (ou taxinomie) imposée par le haut. Avec de nombreux sites participatifs (Wiki-pedia et ses dérivés), les communautés de bloggueurs, ces sites sont des symboles du Web 2.0*.
Côté vidéo, si le pire existe (Push Video publicitaire sur les pages Web, dans la rue...), le meilleur est aussi à venir. La TV et les vidéos sur mobile sont déjà les applications phares des téléphones 3G, mais c'est sur la Toile, avec les nouvelles interfaces vidéo qui combinent streaming, excellente compression et lecteur incorporé, que beaucoup des usages devraient émerger. Pourquoi ? Parce que la simplicité est enfin au rendez-vous ! Pour voir une vidéo en ligne, avec une modeste connexion (256 kilobits/seconde suffisent**), sans lecteur sur son PC, ni fioriture autour de l'image, vous accédez à une vidéo numérique d'excellente qualité en appuyant sur... "play". Ces vidéos, simples à transférer sur les sites, vont apparaître de plus en plus dans la blogosphère et seront demain téléchargées sur les baladeurs Video !
Côté humain, que pouvons nous souhaiter voir dans le cyberespace de cette année ?
Très certainement une meilleure répartition du nombre d'internautes par pays. Cela préfigurerait un développement économique et une ouverture commerciale de plusieurs zones ou pays de la planète, dont l'Afrique qui représente 14 % de la population mondiale pour 2,7 % des internautes, où des pays d'Asie du Sud-Est encore convalescent : le Cambodge qui compte 14,5 millions d'habitants pour... 41 000 internautes.
Sans oublier les dons en ligne. Selon l'association américaine Network for Good, ces derniers ont représenté 3 milliards de dollars en 2004, soit une croissance de 58 % par rapport à l'année précédente. L'effet "Tsunami" avait rapidement mobilisé la générosité des internautes lors du mois de janvier 2005. Gageons que cela se poursuive et que les partages proposés par le Web 2.0 aillent aussi en faveur du développement de tous les pays. Avec le cyberespace, tout est possible...
Jean de Chambure
Rédacteur en chef
*Le bloggueur O'Reilly, l'une des références de la Silicon Valley, est l'inventeur de la définition la plus complète du Web 2.0, son article de référence est à lire en cliquant ici . Voir aussi l'article rédigé sur le sujet pour notre dossier "bilan 2005"
**Les vidéos sont stockées sur un serveur externe puis streamées vers le container de la page Web consultée; Celle-ci a donc un poids très léger, elle s'affiche rapidement, comme la vidéo.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas