Internet réinvente la monnaie

Renaud Edouard-Baraud

Renaud Edouard-Baraud

Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia

L'Atelier

En savoir plus sur l'auteur

31 août 2007 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord

Les échanges de fichiers pourraient devenir une monnaie d'échange. Ils rejoignent ainsi les permis de polluer, les blessures au combat virtuel et les autres innovations en terme de concepts monnayables...

Les échanges de fichiers pourraient devenir une monnaie d'échange. Ils rejoignent ainsi les permis de polluer, les blessures au combat virtuel et les autres innovations en terme de concepts monnayables.
 
La création de monnaie d'échange est un événement assez rare pour être remarqué. Dans le domaine, il y avait eu l'European Union Emissions Trading Scheme European, qui permettait de monnayer des émissions polluantes. Pour mémoire, celui concernant les émissions de gaz à effet de serre - Union Greenhouse Gas Emission Trading Scheme - avait fait ses débuts en janvier 2005. Ce monde merveilleux qu'est le web vient peut-être d'en générer deux autres, coup sur coup. La première est issue de l'école de sciences et d'ingénierie appliquée de l'Université de Harvard. Ce que je trouve assez drôle, c'est que cette poussée de fièvre financière survient dans un domaine icône du "tout est gratuit sur le web".
 
Un sou est un sou, un bit aussi
 
La nouvelle monnaie dériverait en effet des réseaux P2P et de leur utilisation de la bande passante. Le concept imaginé par Harvard ? Echanger, acheter, épargner de l'utilisation de bande passante contre de la puissance de calcul de son ordinateur personnel. L'autre monnaie potentielle est amenée par l'univers du jeu massivement multi joueur et celui du Poker. Cette fois-ci, ce n'est pas une université anglaise, mais un éditeur anglais qui s'y colle. Ce, avec Kwari, un jeu de tir subjectif, dont le but est de d'amasser une fortune en abattant ses adversaires. Le principe de base est simple : tout joueur mise une petite somme. Chaque fois qu'il touche un adversaire, l'argent misé par son malheureux compétiteur est transféré sur son compte.
 
L'adresse est un investissement rentable
 
Là où Kwari innove, c'est sur la création d'un système de compte épargne des blessures. Chaque fois qu'un maladroit saute d'un lieu trop élevé, ou se blesse, son argent alimente une cagnotte qui sera libérée à date fixe, et remportée par les meilleurs. L'éditeur ne précise malheureusement pas quelles sont les possibilités de se blesser (fusils qui explosent, sol glissant ?), ni les garde-fous prévus pour éviter des automutilations qui pourraient fausser le taux de change. On attend avec impatience la monnaie qui prendra en compte la création collaborative de jeux via des réseaux P2P, la pollution générée par la fabrication des ordinateurs utilisés par les designers du jeu et les gamers, ainsi que les blessures numériques de ces derniers.
 
Renaud Edouard-Baraud
Responsable éditorial de L'Atelier

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas