Loi Hadopi : faites entrer l'accusé !

Carine Senft-Gouin

Carine Senft-Gouin

Senior Strategic Planner

Agenda Asia

En savoir plus sur l'auteur

03 avril 2009 7 commentaires
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

La loi Hadopi vient d'être votée à l'Assemblée Nationale. Et se présente comme un procès à charge contre les pirates du web*, qui n'étaient pas dans le box. C'est bien dommage.

Carine Senft-Gouin, Pirate et Interactive Director, Ruder Finn Asia.
La loi restera dans les annales pour son inefficacité, car il y a d’emblée une grave erreur sur la définition du téléchargement. Celle-ci trahit l’ignorance de l’industrie du disque pour son consommateur. Le téléchargement n’est pas un vol, c’est du partage. Ce n’est pas un acte isolé : c’est un phénomène de société. Dans le jargon populaire, que seuls les politiques et les capitalistes semblent désormais ignorer, on appelle ça "le web collaboratif". Je suis passionnée par la musique, l’histoire, la cuisine, la poésie ou l’art, et je le partage avec d’autres personnes sur un site de téléchargement, Wikipedia, Marmitton.org ou mon blog. Si Louis XVI, l’inventeur de la quiche lorraine, Andy Warhol et Paul Eluard font moins de bruit, la raison est simple : les enjeux financiers.
Des internautes indépendants
Les world company voient leurs chiffres d’affaire chuter, impactant la création artistique. Le CD best of des six dernières saisons de "Star Academy" n’ayant plus les faveurs d’un consommateur désormais averti. CDiscount avait déjà mis le feu aux poudres en redonnant ses lettres de noblesse à des œuvres culturelles tombées aux oubliettes, le tout à prix défiant toute concurrence. Le consommateur avait suivi. Et c’est bien là le grand drame : les gens n’en font qu’à leur tête. Ils troquent leurs meublent IKEA sur Ebay, se ruent sur les bonnes affaires de Ventes Privées et délaissent les grands magasins. Pire ils revendent leurs cadeaux de Noël sur le web ! Les étudiants fuient les cursus marketing, parce que la cible des marques aux temps modernes est devenue trop complexe, et on vote des lois pour remettre au pas ce consommateur devenu inconscient.
Le web, futur de l'industrie musicale ?
Vous allez me dire, on l’avait prévenu. Le téléchargement illégal ayant fait cause commune avec l’interdiction d’abîmer librement ses poumons. Le consommateur, lui, reste perplexe face à tout cela. Il trouverait presque que l’industrie musicale ne s’est jamais aussi bien portée à l’heure du web participatif. La musique déchaîne des foules d’internautes. Les statistiques n’ont que d’éloges pour cette passion, jamais au dessous du top 3 des sujets de divertissement préférés sur le web. A entendre les pirates, le web serait le futur de l’industrie musicale. Ils sont même prêts à sortir 20 euros de leurs poches pour produire un artiste sur des sites comme My Major Company ! Les spécialistes du son n’ont qu’à bien entendre : il y a une communauté sur le web prête à vous aider à vous réinventer. Menottez leurs les poignets et c’est vous que vous enfermez.
* le réseau des pirates, premier mouvement contestataire d’Hadopi
reseaudespirates.org/

Haut de page

7 Commentaires

J'aime beaucoup l'angle de vue de Carine, brillant, évident.
La grande machinerie financière a la loi de son côté et veut maintenant nous croquer. Pour faire bouger les choses : reseaudespirates.org

Soumis par Delahaye (non vérifié) - le 04 avril 2009 à 11h00

Je soutiens Carine dans ses propos; cette loi ne sert que à quelques industriels qui ne partages pas leurs bénéfices équitablement avec les auteurs, acteurs, musiciens, ... Ce sont eux qui devraient toucher la plus grande part, après tout c'est leur travail et pas celui des "majors".
dans les années 70, personne à empêché la cassette vierge, et aujourd'hui, ils veulent que nous ne puissions pas partager alors que c'est quelque chose de culturel.

Par contre je condamne haut et fort toute personne qui copie de la musique ou du film sur Internet pour la revendre à quelqu'un d'autre - partager oui, revendre quelque chose qu'on achête pas, NON!

Soumis par Mike Buteux (non vérifié) - le 07 avril 2009 à 09h50

Oui bien sûr, le web c'est le partage, mais le partage de quoi ?De ce que nous n'avons pas créé et qui ne nous appartient pas ?Partagez vos émotions en partageant des play lists ? Oui.Partagez des liens ? Oui.Mais partagez les fichiers des titres, c'est empêcher ceux qui ont contribué à les créer de trouver un moyen de monétiser leur diffusion. Il n'y a pas que les majors qui ont défendu l'Hadopi. Il y a aussi des milliers d'individus, auteurs, regroupés au sein de la Sacem.Que l'Hadopi soit une loi idiote et mal foutue, oui, mais une loi est nécessaire pour permettre aux "petits" créateurs et musiciens et à tous ceux qui les aident dans leur carrière de gagner leur vie face aux "grosses légumes" de l'informatique et des télécoms. Ne nous trompons pas, c'est là qu'est le pognon, pas chez les majors du disque.

Soumis par Rémi Bouton (non vérifié) - le 07 avril 2009 à 18h22

Il ne faut pas écrire trop vite....la loi n'est pas votée, pas encore....

Soumis par Olivier petit (non vérifié) - le 09 avril 2009 à 17h51

Carine, vous écrivez très bien, avec une réelle pertinence. Cependant, pas plus que le Pape ne peut dire n'importe quoi à propos de l'usage du préservatif, ne dites pas n'importe quoi à propos des lois qui empêchent non pas "d'abimer librement ses poumons" (rien ne vous interdit de le faire chez vous ou dans la rue), mais qui interdisent d'abimer librement les poumons des autres. Il y a tout de même une nuance. Une grosse.

Soumis par demangeon (non vérifié) - le 09 avril 2009 à 22h21

Il est stupéfiant qu'un texte devance ainsi le résultat d'un vote et continue d'être en ligne alors même que la loi a été rejetée!!!
le journalisme n'est plus ce qu'il était...Deux précisions :

- Ce n'est pas un article mais une chronique - qui n'exprime que l'avis du chroniqueur - et Carine n'est pas journaliste.

- Deuxième chose, la loi allait tout droit au vote et n'a du son rejet qu'à un concours de circonstance. Elle devrait être revotée fin avril : elle n'est donc pas définitivement rejetée... bien au contraire.

Mais je suis d'accord, Carine aurait du être plus prudente, car une surprise peut toujours arriver. La preuve.

Cordialement,

Renaud Edouard-Baraud

Soumis par dacquay (non vérifié) - le 10 avril 2009 à 08h42

Personnellement le téléchargement ne m'intéresse pas tout comme les musiques que nous prodiguent les lobbies des médias avec ces chanteurs bouffeurs de micros, ces producteurs nuls style Star aca et l'autre M6.
On peut copier de la musiques de CD des médiathèques, dont c'est encore une atteinte aux libertés et avantages pour flibustiers du médias business.
Quant aux politiques, évidemment il faut qu'ils vivent (impéritie et prévarication)

Soumis par jcc (non vérifié) - le 14 avril 2009 à 19h49

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas