Maison communicante : comment le marché pourrait-il décoller ?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

07 mai 2004 1 commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Au mois de janvier dernier, Intel annonçait au « Consumer Electronics Show » de Las Vegas qu’il allait investir 200 millions de dollars dans le Digital Home Media. L’axe prioritaire ? Faire...

Au mois de janvier dernier, Intel annonçait au «Consumer Electronics Show» de Las Vegas qu’il allait investir 200 millions de dollars dans le Digital Home Media. L’axe prioritaire ? Faire communiquer facilement le PC avec les autres objets électroniques de la maison : chaîne hi-fi, télévision… La généralisation progressive des accès haut débit à Internet, le développement du Wifi, l’arrivée prochaine de l’IPv6 qui va démultiplier les capacité d’adressage IP sont des facteurs de croissance pour ce nouveau marché. L’arrivée des formats audio écoutables sur plusieurs supports : téléchargement de musique sur le Net puis lecture sur PC ou baladeur MP3, en est peut-être un signe précurseur. C’est en tout cas la stratégie d’Apple, et celle de Sony aujourd’hui.Mais n’allons pas trop haut. Ce marché est très émergent. Au 4ème trimestre 2003, sur 163 millions de foyers européens : 12,2 % possédaient un accès Internet très haut débit, 3,6 % faisaient du «home network» (partage d’imprimante, de fichiers, d’accès Internet), et seulement 1,2 % utilisaient leur «home network» pour des applications de loisirs ou autres liées à leur maison. (source : Forrester Research) Aux Etats-Unis, les chiffres ne sont pas par beaucoup plus élevés : 107 millions de foyers dont 19,6 % d’accès Internet haut débit, 7,4 % de « home network », et juste 1,9 % pour les digital home applications, toujours selon le cabinet Forrester Research.Si les perspectives sont optimistes - les cabinets Gartner et Jupiter prévoient que d’ici quatre ans plus ou moins 20 % des foyers américains fonctionneront avec des digital home applications - il reste difficile de savoir de quelle manière ce marché émergent pourrait décoller. Pour être massivement adoptés, les produits « digital home » devront selon nous réunir quatre conditions essentielles :

être facilement opérables entre eux,
facilement utilisables (pas de paramétrage réseau à mettre en place),
facilement achetables – donc pas trop chers,
mais difficilement perméables, autrement dit très fortement sécurisés.
Cela semble évident, mais toutes les offres qui existent aujourd’hui ne tiennent pas toujours compte de ces quatre critères. Un autre point nous semble vital pour le développement de la maison connectée : la gestion de la maison à distance, n’importe quand, n’importe où, pas seulement entre les murs. C’est la vision que défend Rafi Haladjian (fondateur d’Ozone & co-fondateur de Violet), avec son concept de «réseau d’objets connectés». Un point de vue également partagé par le « studio créatif » que France Télécom dédie à la maison connectée. Nous les avons l’un et l’autre interviewés dans notre dossier spécial sur «maison communicante».Notre point de vue de départ ? L’avenir de la maison connectée passera beaucoup en dehors de la maison. Avec des objets connectés dont certains fascinent ou peuvent inquiéter mais qui offrent des services très innovants qui nous font bel et bien croire que nous vivrons un jour tous dans la maison de Jacques Tati ! Pour connaître le point de vue des acteurs et des experts de ce marché, qui ont répondu à notre hypothèse de départ, cliquez ici.Jean de Chambure

Haut de page

1 Commentaire

Nous publions chaque mois depuis 22 ans des indications sur l'évolution de ce marché de la maison connectée. Il ne s'agit pas simplement d'objets connectés mais d'infrastructure de communication pour faciliter la vie, la rendre + confortable et rationaliser les charges. Lisez la lettre mensuelle DOMOTIQUE NEWSNous agréons : http://www.domotique-news.com
Bien cordialement,
La rédaction

Soumis par de Latour (non vérifié) - le 02 juillet 2009 à 11h51

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas