Manifeste personnel pour un vrai web mobile

Renaud Edouard-Baraud

Renaud Edouard-Baraud

Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia

L'Atelier

En savoir plus sur l'auteur

18 mai 2010 Laisser un commentaire

Les applications pour téléphones nomades étaient le sujet de 2009 et cela devrait perdurer cette année. Pourtant, cela ne satisfait pas tout le monde.

Les magasins d'applications pour mobiles, c'était bien quand il y avait Apple. Puis sont arrivés BlackBerry App World, Ovi, Android Market. Résultat, les entreprises ne savent plus où aller placer leurs œufs. D'autant que les critères de choix sont vraiment discriminants : en fonction du succès de la plate-forme, du public, de la stabilité technique, du potentiel... Voilà que l'on repart sur du fractionné, regrette Saverio Romeo, interviewé dans l'article intitulé "L'avenir du contenu sur mobile ne passe pas que par les magasins d'applications". D'autant que le monde du développement commence à regimber.

Les développeurs commencent à renâcler

Surtout dans l'écosystème à la pomme : l'institut Evans avance que 80% des spécialistes du développement d'applications mobiles considèrent ainsi que le ratio 70/30 (70% des revenus pour les développeurs, et 30% pour Apple) n'est pas justifié, et que davantage d'argent devrait revenir aux développeurs. Le constat n'est pas partagé par tous, comme vous pourrez le lire dans "Applications mobiles : un partage des revenus déséquilibré ?", mais il arrive à point. C'est vrai, on créé le web pour que tout soit accessible à tous, on sort enfin de l'OS et du choix entre le couple "complexité de préhension/ouverture" et "facilité d'usage/propriétaire" pour élever le débat au niveau du navigateur.

Le retour des applications sponsorisées

On invente les services web et les standards qui vont avec et voilà qu'on recommence tout avec le téléphone. Et voilà que l'on recommence avec les applications sponsorisées que je n'avais plus vu depuis que j'avais désinstallé mes utilitaires de décompression RAR. Des applications que l'on devra payer deux fois si l'on dispose d'un téléphone personnel et d'un combiné professionnel avec des besoins identiques. Alors s'il vous plait, refaisons du web adapté au mobile, refaisons du service web. Vous allez me dire que je mets facilement de côté les problèmes liés au respect aléatoire des standards (standards type ISO et standards type Flash) des différents navigateurs installés ? La preuve que non.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas