Média social : toujours des travaux en cours

Renaud Edouard-Baraud

Renaud Edouard-Baraud

Directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia

L'Atelier

En savoir plus sur l'auteur

27 juillet 2010 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord

Le problème n'est pas de savoir si ces outils sont nécessaires ou pertinents, mais de suivre et d'accompagner leur percée durable dans toutes les strates de la société.

Depuis le temps que nous en parlons ici, il m'arrivait de penser que le sujet réseau social – média social devait aller retrouver tous ceux portant sur des innovations totalement digérées par les entreprises. En bref, je commençais à envisager d'envoyer le média social aux archives. C'était sans compter l'avalanche de rapports et études issus des universités, des cabinets de conseil ou encore des instituts de recherche. Il n'y a qu'à lire. Lundi 19 juillet : nous apprenons que les deux tiers des professionnels de l'ingénierie des véhicules utilisent des médias sociaux.

Accroître ses revenus et mesurer l'humeur

Le jeudi 22 du même mois, une étude de Pershing Advisor Solutions tend à nous prouver que les conseillers en gestion de patrimoine qui savent exploiter les SNS (Social Network Services) ont connu une croissance de leurs revenus plus importante que leurs confrères "non-réseauteurs". La même journée, les équipes de Mathilde Cristiani relatent les conclusions du MIT coréen (le KAIST). Selon ses chercheurs, il est possible de déterminer l'intensité des relations sociales et l'influence d'un individu à partir des résultats de requêtes sur Google. Sans chômer, l'équipe rédactionnelle de L'Atelier met en avant l'expérimentation de l'université de Boston, à l'issue de laquelle les USA détiendraient un outil capable - même si perfectible - de mesurer en temps réel l'état d'esprit de la population américaine.

Des internautes réfractaires à payer, pas à la pub

Le 26, nous avons repéré que BranchOut commençait à faire du bruit sur Twitter. La raison ? C'est la première fois que des entrepreneurs pensent à créer un média social professionnel dans Facebook, alors que les usages qui prévalaient étaient que ces outils professionnels devaient se démarquer des outils grand public. Le lendemain - le 27 - on apprend via l'université de Californie du Sud que le succès des SNS serait indissociable de la gratuité. Plus encore, à choisir entre abonnement et publicité, leurs membres opteraient en majorité pour les annonces commerciales. Ouf. Ne croyez pas que c'est terminé. D'autant que les équipes éditoriales de L'Atelier maintiennent la veille durant tout le mois d'août.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas