Musique : la rentrée des acteurs informatiques du téléchargement payant

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

14 septembre 2004 Laisser un commentaire
Mots-clés : Europe

Ca y est. C'est la rentrée. Quatre ans bien tassés après l'explosion des échanges gratuits de fichiers musicaux via Internet (Ah Napster, quel jeune premier...

Ca y est. C'est la rentrée. Quatre ans bien tassés après l'explosion des échanges gratuits de fichiers musicaux via Internet (Ah Napster, quel jeune premier faisais-tu !), presque tous les acteurs informatiques sont enfin positionnés pour tenter de passer en classe supérieure : de la classe RN (revenus nuls), à la classe CAM (chiffre d'affaires modeste).
Sur ce marché, le premier de la classe est assurément Apple. Il occupe déjà 70 % du chiffre d'affaires global avec plus 100 millions de titres musicaux téléchargés sur le marché américain, et 10 millions de titres vendus en Europe après 10 semaines d'exploitation (dont plus de 50 % en Grande-Bretagne). Ce score reste modeste par rapport aux 70 % du trafic Internet utilisé pour le P2P gratuit (Source : Cachelogic) , mais il est satisfaisant par rapport à la concurrence : la V2 de Napster n'a transmis que 10 millions de titres !
La deuxième place pourrait vite revenir à la firme de Bill. Puissant retardataire, Microsoft est arrivé sur le marché en lançant le 2 septembre MSN Music . Aligné sur le prix actuel des produits (99 cents), le géant de Redmond entend toutefois se démarquer par la facilité d'utilisation de son interface, et surtout par la compatibilité de son format WMA (Windows Media Audio)* avec presque tous les baladeurs numériques à l'exception des… iPod.
Fort des performances technologiques de son format, Microsoft souhaite également l'imposer sur le marché des téléphones mobiles permettant d'écouter de la musique sous format numérique. De quoi inquiéter Apple – qui développe un format d'encodage pour Motorola – tout autant que Symbian, spécialiste des systèmes d'exploitation pour téléphones mobiles.
La compatibilité des formats avec les produits du marché sera assurément le premier nerf de la guerre … Microsoft en a été d'emblée convaincu, Apple en est maintenant persuadé. Il a récemment ouvert la distribution de ces iPod à HP . De plus, il serait, selon le quotidien Nikkei Sangyo Shimbun , en discussion avec Sony . Ce dernier avait initialement adopté la même stratégie que la firme à la pomme : un format de téléchargement (iTunes ou Sony Connect) uniquement compatible avec ses baladeurs (iPod ou Sony). Les deux acteurs pourraient être tentés de changer de voie, malgré leur silence réciproque.
Second nerf de la guerre, les prix . Jusqu'ici, la loi tacite du prix unique tient : MSN s'est d'emblée aligné sur iTunes. RealNetworks, avoir ouvert son service le 17 août dernier à 49 cents le titre, est rentré dans le moule des 99 cents la chanson, après avoir vendu 3 millions de fichiers en trois semaines  ! Une belle performance, mais visiblement pas assez rentable pour durer.
Pour un marché qui ne devrait prendre de l'ampleur qu'en 2007 (dixit Forrester Research), cette question du prix reste vitale. Les spécialistes réclament un téléchargement payant moins onéreux – 50 cents pour la Sacem, 79 cents pour Forrester – pour lutter contre le P2P gratuit. Mais est-ce suffisant ?
Rien n'est moins certain, et l'on a le sentiment à cette rentrée que les offres commerciales sont en place sans que la réflexion sur la manière de canaliser les échanges gratuits de fichiers musicaux soit beaucoup avancée, malgré les idées intéressantes de l'Adami .
Les Sénateurs tiendront prochainement colloque sur le sujet (le 28 septembre). Ils auront du pain sur la planche ! Gageons que leurs réflexions soient plus fructueuses que toutes les impasses où l'industrie du disque et les politiques se sont mises en tentant de résoudre, d'un revers de main parfois autoritaire, un phénomène mondial. Nous suivrons aussi cette rentrée… Ainsi que celle de la Fnac, qui ouvrira son site de téléchargement payant le 16 septembre prochain !
Jean de Chambure Rédacteur en chef
* Rappelons que ce format, concurrent du MP3, offre un son équivalent à ce dernier avec une capacité de compression des tailles de fichiers deux fois supérieure.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas