Si vous pensez que Whatsapp est génial, venez voir ce qu'il se passe en Asie !

Alisée de Tonnac

Alisée de Tonnac

PDG et cofondatrice de Seedstars World

Seedstars World

En savoir plus sur l'auteur

05 décembre 2014 1 commentaire

La Corée du Sud est l’une des nations les plus connectées au web et au mobile, quand le Vietnam, malgré ses taux de croissance annuels de plus de 30%, se situe encore loin derrière. Néanmoins, ces deux pays proposent des écosystèmes intéressants pour les start-ups

Récemment, Facebook a annoncé qu'il comptabilisait plus de 410 millions d'utilisateurs actifs (MAU ou million active users) en Asie. Le réseau social correspond très bien aux usages asiatiques, l’Asie étant un continent où l’aspect social prime culturellement. C'est particulièrement le cas au Vietnam, où plus d'une personne sur cinq dispose d'un compte Facebook.

Par contre, Twitter n'est utilisé que par 45% de l'ensemble des utilisateurs de réseaux sociaux vietnamiens, et plutôt de manière sporadique. Dans de nombreux pays, le réseau est considéré comme un outil professionnel, et fonctionne donc moins bien dans la culture vietnamienne.

Aux Philippines par contre, on enregistre un nombre important de "followers". Parmi les adeptes des réseaux sociaux, 97% utilisent Facebook, et 81% Twitter. Twitter est, en effet, considéré comme un outil formidable pour faire circuler les rumeurs et autres nouvelles amusantes, mais également, les informations, le pays étant particulièrement exposé aux catastrophes naturelles. Le succès du hashtag #SavePH est à cet égard éloquent puisqu’utilisé en cas de tremblement de terre et de tsunami, pour prévenir la population.

Les start-ups profitent-elles de ces taux élevés d'utilisation des réseaux sociaux?

Les start-ups dans les réseaux sociaux

Contrairement à d'autres marchés qui essaient de créer des versions locales de Facebook et Twitter, l'Asie construit une industrie autour de ces niches. S'y développe un marché varié, composé de solutions B2C comme B2B. La société sud-coréenne Chinchin mise sur de la rencontre en ligne à partir des connaissances de connaissances, dites de second degré, sur Facebook. La startup vietnamienne Chomp met en place, elle, des plateformes de campagnes publicitaires crosscanal, à destination des professionnels.

Percevoir et analyser quelles sont les émotions véhiculées sur les réseaux sociaux est une tendance nette. Ce qui peut se révéler particulièrement utile dans cette partie du monde, riche en dialectes et langues teintés d’influences espagnoles, françaises et anglaises. La startup philippine Senti en est d’ailleurs un exemple. Elle compte d’ailleurs se déployer en Indonésie et en Malaisie.

Autre tendance tout aussi populaire, tout particulièrement en Thaïlande: le social commerce. A Bangkok, lors d'un événement SeedStars, le fournisseur de plugins Facebook Sellsuki a pitché sa solution F-Commerce. La startup est loin d’être le seul acteur présent sur ce marché. Bentoweb et Page365 les talonnent. A noter, et c’est étonnant, l’émergence d’un « Instagram-commerce » opéré via des hashtags et liens redirigeant vers des promotions émis dans les commentaires. Mais il s’agit là plus de spam que de réelles offres commerciales mais nous sommes persuadés que les entrepreneurs thaïs travaillent sur le sujet.

Mais plus qu’ailleurs, l’Asie du Sud-Est se languit de solutions de m-commerce, la majorité de la population n’ayant pas accès aux ordinateurs mais à leur mobile.

Une culture de messagerie

Ce n'est donc pas étonnant si des géants tels que WeChat préparent leur entrée dans l’arène en lançant des plug-ins de chat en ligne en support des ventes. Indéniablement, les applications de messagerie mobile sont très populaires en Asie et What’s App n’est pas seul à occuper le terrain.

WeChat (Chine), Line (Japon), Viber (Israël) et Kakao Talk (Corée du sud) sont les stars de la scène asiatique de la messagerie. A l'exception de Viper, ces sociétés sont de véritables success stories asiatiques. WeChat enregistre actuellement le plus de MAU, quand Line et Kakao Talk, d'anciennes start-ups comptabilisent aujourd'hui plus de 50 millions d'utilisateurs. Leur concurrent vietnamien Zalo a aussi réussi à gagner une certaine réputation locale avec plus de 7 millions d'utilisateurs, grâce à des investissements importants et des campagnes de publicité agressives via le géant du contenu numérique VNG.

L’avantage de ces services locaux de messagerie par rapport à Whatsapp et autres solutions est qu'ils s’adressent aussi aux utilisateurs d’ordinateur de bureau, incluent des jeux et sont plus sensibles aux codes du pays. En effet, ils ont davantage recours aux images, emojis et aux liens vers des chats vidéo. Les internautes et mobinautes d’Asie du sud-est, et en particulier de Corée du Sud et Japon, apprécient tout particulièrement les produits et services dits "mignons" et visuels.

Si vous souhaitez rester au fait des tendances en matière de start-ups, rejoignez-nous à Genève du 4 au 6 février prochains. Le concours international de startups Seedstars World rassemblera les meilleurs entrepreneurs des marchés émergents. Vous pourrez les rencontrer et les observer batailler et pitcher pour gagner le prix de 500 000 dollars.

Haut de page

1 Commentaire

je regette que Facebook, refoule toujours mes multiples ré-inscriptions,
j'avais un compte il y a de nombreuses années,je n'avais que deux amis
tweeters connus (que j'ai toujours d'ailleurs,POSSÉDANT UN COMPTE TWITTER.Un certain dimanche,alors je tweeter avec l'un deux,les belles de
mon fils ont intercalé des cènes obcènes parmimes tweets-j'a demander à
Facebook de ne plus laisser passés leurs noms,mon cpte a été bloqué!
depuis (ces flles avaient 7 ans,elles maintenant mères)je précise qu'elle ne
portaient pas le nom de mon fils,et qu'à 7 ans n'auraient pas dû utiliser
Facebook,sans surveillance de plus.Bernadette Faille

Soumis par bernadette.faille@sfr.fr (anonyme) (non vérifié) - le 15 janvier 2015 à 11h32

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas