Quareo : le futur moteur de recherche européen aura-t-il ses chances?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

26 avril 2006 Laisser un commentaire

C'est enfin lancé ! Huit mois après la mise en place le 30 août dernier de l'Agence pour l'Innovation Industrielle (AII), Jacques Chirac a présenté les 5 projets qui ont été retenus par cette...

C'est enfin lancé ! Huit mois après la mise en place le 30 août dernier de l'Agence pour l'Innovation Industrielle (AII), Jacques Chirac a présenté les 5 projets qui ont été retenus par cette dernière.
 
Quels sont les domaines retenus? Pour mémoire, ils touchent les biotechnologies agricoles (BioHub/ 98 millions d'euros), l'économie d'énergie pour les bâtiments (Homes/ 88 millions d'euros), l'économie pour les transports (Neoval/ 62 millions d'euros), la télévision sur mobile (TVMSL/ 98 millions d'euros), et... la recherche multimédia (texte, image, son, vidéo) avec le projet Quaero qui remporte la palme budgétaire : 250 millions d'euros!
 
1,7 milliard d'euros ont déjà été versés à l'AII sur un budget global de 2 milliards. Face à une situation où l'Europe semble battre de l'aile derrière le dynamisme toujours dominant des Etats-Unis et la montée en puissance des grands pays d'Asie (Japon/Inde/Chine), il est bon de se réjouir qu'une telle initiative ait les moyens de ses ambitions. Et que l'Europe entière puisse en devenir partie prenante même si, comme souvent, c'est le couple franco-allemand (et ses entreprises) qui en est à l'origine.
 
Côté moteur de recherche, dans un monde où l'accès au savoir va de plus en plus majoritairement s'effectuer par Internet, il apparaît essentiel que l'Europe crée un moteur de recherche à dimension multimédia. Mais, pour réussir, le projet Quaero va devoir adopter une logique différente des grands partenariats industriels qui ont fait le succès d'Airbus ou du GSM.
 
Pourquoi? Parce qu'il ne s'agit pas de convaincre des compagnies aériennes ou des opérateurs télécoms de la valeur ajoutée de tel avion ou de la solidité de telle norme de téléphonie mobile. Il s'agit de créer un produit qui suscite rapidement l'adhésion des quelques 230 millions d'internautes européens! Comment? A l'instar des météorites Google ou iPod qui se sont imposés en quelques mois dans les usages d'une grande majorité d'internautes et de plus de 70% des utilisateurs de baladeurs numériques.
 
C'est donc en forgeant que l'on devient forgeron, et Google, dont Mr. Jeanneney a le premier dénoncé les travers de sa démarche initiale (jadis appelée Google Print, désormais Google Book Search), le sait très bien. D'où l'urgente nécessité pour Quaero d'utiliser au plus vite les savoir faire réunis (Jouve, pour la numérisation des textes/ Exalead, pour la recherche multimédia/...) afin de sortir rapidement une interface attractive, avec un nom de marque qui frappe les esprits.
 
A ce sujet, Google et Yahoo! sont clairement dans la tête des internautes, tandis que le nom du projet Quaero ("Je cherche" en latin) n'évoque rien de concret si ce n'est le site www.quaero.com ... un nom de marque d'une entreprise américaine spécialisée dans le marketing (sic !). Vivement quoi qu'il en soit sa venue que l'on souhaite évidemment multilingue!
 
 
Jean de Chambure
Rédacteur en Chef
 
 
A lire aussi :

notre dossier spécial "La bataille du livre sur Internet"

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas