Les réseaux sociaux à la place du mail ?

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Associé et «social business director» EMEA

Publicis Consultants Net Intelligenz

En savoir plus sur l'auteur

02 mai 2012 3 commentaires

Il y a quelque temps, à des fins marketing, un PDG d'une SSI prônait la fin de l'email dans son entreprise d'ici quelques années. Certains ne l'utilisent déjà plus.

 

Luis Suarez, l'un des social business évangélistes d'IBM, n’utilise plus l’email depuis 4 ans maintenant. Lors de Lotusphere Paris en mars, il est revenu sur le pourquoi et le comment de cette décision. Cette démarche Luis l’a appelé "Thinking outside the inbox". Il a décidé d’appliquer ce principe du "no email" dans son travail au quotidien pour être plus participatif, plus collaboratif et ainsi partager plus largement ses connaissances au sein D’IBM, mais aussi en dehors. Cela veut dire que même pour ses clients, il n’utilise plus l’email. Il s’agit surtout d’arrêter de perdre du temps dans la gestion de ses courriels. De plus, sur les 200 mails par jours que l’on peut recevoir, à peine 15% sont vraiment utiles. A la place, il utilise les différents moyens que lui offrent les réseaux sociaux pour rendre son travail plus performant, notamment pendant les trois heures qu’il "perdait" à traiter ses courriers électroniques. Son but n’est pas de tuer l’email, mais bien de démontrer que majoritairement cet outil est très mal utilisé, même s’il existe de nombreux exemples qui ont démontré son utilité. D’ailleurs, il reçoit encore en moyenne deux emails par jours.

Faire changer les mentalités

Par cette démarche, il s’agit de passer de l’idée qu’information égale pouvoir à partage égal pouvoir, et donc se mettre au service des autres pour les aider (on en revient à une économie de la connaissance et du don). Mais si j’aide quelqu’un aujourd’hui, c’est bien pour que lui aussi m’aide demain. C’est le principe d’une collaboration et un progrès mutuel. Ce qui signifie avoir confiance dans son entreprise et ses collègues. Comme le dit Luis lui même, si ce n’est pas le cas, peut-il faut-il penser à changer d’entreprise. Il s’agit de montrer sur quoi on travaille et donc faire preuve de transparence, contrairement à l’email. Ce qui simplifie ensuite la façon dont on va pouvoir recevoir de l’aide. Et cela est crucial car il est devenu quasi impossible de travailler seul, tout devient trop complexe.

Une méthode ?

Alors comment faire ? Tout d’abord arrêter de répondre aux emails. Plus vous répondez, plus vous en recevez. Rien qu’avec cette démarche vous diminuez votre flux de 50%. Bien sûr il faut répondre, mais dans cas on change de canal et on utilise les médias sociaux (blog, wiki, microblogging, réseaux sociaux…). Par la suite les gens font de même. Tout un tas d’actions peuvent se passer de l’email, comme le partage de fichiers. Ces derniers sont souvent volumineux, utilisez donc un espace de partage prévu à cet effet plutôt que le mail. Il s’agit de faire la bascule de ces différentes tâches liées par défaut au mail, une par une et petit à petit vers d’autres médias plus appropriés. Quoiqu’il en soit si vous avez un email de Luis, gardez le c’est un collector.

Haut de page

3 Commentaires

Bonjour,

Comme tout changement d'organisation en entreprise, supprimer l'usage du mail prend du temps. La méthode décrite est intéressante.
Cependant, ne pas répondre aux mails, a des effets pervers, dans la communication. "On ne peut pas ne pas communiquer". Et ne pas répondre au mail est une réponse pouvant être interprétée comme du déni de celui qui nous envoie le mail.
Ces écueils en entreprise, on peut comprendre pourquoi, dans ce petit billet que j'ai écrit :
http://zeboute.wordpress.com/2012/04/04/5-conseils-eviter-communication-entreprise-messagerie/

Soumis par Zeboute59 - le 02 mai 2012 à 12h28

Bonjour,

Effectivement il est extrêmement difficile de changer des habitudes - et un outil qui fait quand même bien son boulot mais qui est généralement mal utilisé - ancrées depuis si longtemps. Encore plus dur d'effectuer ce changement à plusieurs.... ça s'appelle une révolution ;-)

Nous tentons avec azendoo (http://www.azendoo.com) d'apporter un bénéfice personnel autant que social et de faire évoluer les méthodes de travail autour de l'existant : 1 email = souvent qqchose à faire (à plusieurs). Nous les transformons en taches (social productivity)

L'avantage : l'email ne disparait pas, mais au contraire reprends sa place. un canal privilégié aux échanges 1>1, aux besoins d'explications plus longues, etc...

Soumis par Greg Lefort (non vérifié) - le 02 mai 2012 à 15h29

Le mail n'est pas mort et sera difficile à tuer. Plutôt que de vouloir le faire disparaître je pense qu'il voudrait mieux le faire évoluer et le rendre plus social. Certains plug-ins permettent déjà d'apporté des amélioration à notre webmails en lui ajoutant des fonctions planifications de taches, crm, etc... A mon humble niveau dans notre entreprise c'est qui nous a permis d'apporter un coté plus collaboratif et social à nos échanges par mail. La mise en place d'un RSE ayant été un echec.

Soumis par octambule - le 07 mai 2012 à 17h05

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas