Les Ressources Humaines absentes de l'entreprise 2.0 ?

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Associé et «social business director» EMEA

Publicis Consultants Net Intelligenz

En savoir plus sur l'auteur

02 avril 2010 4 commentaires

Un projet collaboratif s'intéresse à l'humain, ce qui confère aux responsables RH un rôle prépondérant dans le montage et le suivi d'un tel travail. Mais ce rôle ne semble pas encore pris à sa juste valeur.

Par Anthony Poncier, consultant en management et en stratégie des organisations au sein du cabinet IDRH, auteur du blog poncier.org
Le travail collaboratif en entreprise - ou entreprise 2.0 - est avant tout une question de personnes et non d’outils. Quand je parle de personnes, je parle de management, de culture d’entreprise, d’interaction entre les collaborateurs… Cela peut sembler un raccourci, ou un biais lié à ma profession de consultant en management. Mais le premier acteur qui me vient à l’esprit, dans le cadre d’un projet collaboratif, est la Direction des Ressources Humaines.  Pourtant, quand on y regarde d’un peu plus près, cela n’est pas aussi évident. J’étais invité récemment au premier Enterprise 2.0 Forum français - si vous avez manqué cette session, je vous recommande celles à venir en Allemagne, ou celle qui se tiendra à Paris l’année prochaine : c’était de très haute tenue. Dans la salle où des entreprises étaient représentées, à priori seulement trois personnes issues des RH (deux dans le secteur bancaire et une dans le secteur du luxe). On en vient à se demander si ce sujet est important pour elles.
Des ressources humaines encore peu impliquées
Mais ce n’est pas tout : dans toutes les présentations de la journée (et pas que pour les cas français) la RH était absente ou relayée à un rôle secondaire dans le projet de transformation (charte, lien avec les institutions représentatives du personnel). Quand j’ai posé la question sur le rôle des RH dans ces projets, la réponse a été la même pour tous : les ressources humaines étaient inexistantes dans les projets déployés. Pourtant, tous ont axé leur présentation sur l’humain, le management, le culturel… Cela veut-il dire que la DRH ignore l’importance des médias sociaux dans l’organisation de l’entreprise ? Sans doute cela a-t-il été le cas dans un premier temps. Mais c’est est en train de changer. Je vois de plus en plus de responsables s’occuper de cette question. Et le premier numéro des Cahiers de la Prospective RH* s’intitule : "Nouvelles technologies, nouvelle culture, nouveaux comportements. Quels nouveaux modes de management ?".
Une situation en train de changer
A noter que les rédacteurs de ce cahier sont majoritairement des responsables des ressources humaines ou des personnes investies dans ce secteur. Autre support, une chaîne de web TV est désormais consacrée au rapport des RH et du 2.0 (HRchannel). Avec comme plateau de lancement le thème : "Les RH seront-ils les leaders de l'entreprise 2.0 ?". Si c’est encore loin d’être le cas, il est vrai que depuis la fin de l’année 2009, on sent un frémissement important du côté des ressources humaines. Ce qui est sûr, c’est qu’une véritable évolution des entreprises vers une organisation collaborative ne se fera pas sans les RH. Ces dernières doivent avoir un rôle au même titre que la direction de la communication et celle des systèmes d’information dans le pilotage de tels projets. Tout comme les ressources humaines ont su devenir des business partenaires à part entière de l’entreprise, elles doivent devenir des partenaires incontournables de l’entreprise 2.0.
*édité par le groupe RH&M

Haut de page

4 Commentaires

Je suis on ne plus d'accord avec ce point de vue. Ressources Humaines et appui de la direction sont deux indispensables de tout projet de ce type.

Le passage à des outils de types collaboratifs et réseaux sociaux a des implication sur la façon de travailler, mais aussi sur la gestion des connaissances et la façon dont les individu peuvent trouver les ressources humaines nécessaires à un projet ou une tâche particulière.

J'imagine que des projets sombrent dans l'oubli par absence de l'un de ces deux éléments. D'où un certain scepticisme toujours présent au sujet du Web 2.0 dans les entreprises.

Soumis par François (non vérifié) - le 02 avril 2010 à 16h02

J'ai pu assister ces derniers mois à exactement les mêmes réactions de beaucoup de DRH. Du très peu d'implication voire du désintérêt des débuts on remarque maintenant des points de vue plus affirmés mais surtout un nombre de questions de plus en plus important. Beaucoup de DRH me semblent effectivement perdus face à ce 'monde' qu'ils peinent souvent à comprendre. Les problématiques à venir de rétention des talents et d'acquisition de nouveaux talents ne sont sans doute pas étrangères à ce regain d'intérêt. C'est sans doute plutôt de ce côté là que nait le mouvement auprès des DRH. Ceci dit, l'entreprise collaborative et les problématiques d'engagement liés aux projets RH2.0 (en tant que driver et comme résultante) ont en revanche encore beaucoup de chemin à faire... et pourtant, elles ont un impact démontré sur les résultats de l'entreprise. C'est sans aucun doute pour cela que les DRH devraient s'y intéresser au plus vite.

Soumis par frederic (non vérifié) - le 02 avril 2010 à 16h11

Il est vrai que l'étiquette des professionnels des RH fort peu technophiles, au sens large, toutes technos confondues, leur colle à la peau et c'est souvent mérité... Il suffit de se rappeler le temps que le e-learning a mis pour finalement prendre un segment du marché de la formation : certains prédisaient une révolution, ce fut un flop les premières années, et depuis les pros de la formation ont su trouver peu à peu comment intégrer ces modules à des cursus construits avec un peu plus d'intelligence. Cependant pour l'entreprise 2.0 les RH sont très loin du compte, mais cette fois la donne est différente : car ceux qui s'y adonnent créent de nouveaux processus RH sur lesquels ils n'ont pas de maîtrise. Et les premiers patrons qui vont commencer à toucher cela du doigt auront vite fait de sommer leurs responsables RH de s'y intéresser sans attendre.

Soumis par Cécile Lemoine (non vérifié) - le 05 avril 2010 à 22h20

"Terre à Terre"...les états majors de tant d'entreprises (RH et pas seulement) sont dans notre pays encore enfermés dans une double culture très dominante : d'une part celle mécaniste du tout ou rien (0 ou 1) culture ingénieur, couplée avec celle du "paysan" attentif aux frontières de ses champs et pas au delà!le jour ou l'autre en tant qu'étranger à mon entreprise aura aux yeux de cette dernière quelque chose à lui apporter, n'est pas encore arrivé. A la petite marge (il faut s'en réjouir) et sur un plan professionnel seuls les innovateurs en la matière ouvrent actuellement de nouvelles voies (question d'état d'esprit) ! cela préfigure je le crains qu'il faudra comme à notre habitude des années(cf. en effet le e.learning)à la majorité pour admettre d'en être et d'en tirer les réels avantages que nous savons.

Soumis par Alain Lacroix (non vérifié) - le 14 avril 2010 à 09h40

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas