Avec le SaaS, l'organisation des DSI est vouée au changement

Guillaume Plouin

Guillaume Plouin

Responsable de l'offre Cloud Computing et Auteur de “Cloud Computing” chez Dunod, 2011

OCTO Technology

En savoir plus sur l'auteur

16 octobre 2007 Laisser un commentaire

Les applications en ligne vont modifier profondément les pratiques d'exploitation des Systèmes d'Information. Ce, en transformant peu à peu les responsables de production en pilotes de prestataires d'infogérance.

Les applications en ligne (SaaS), comme je l'écrivais dans ma précédente chronique, seront responsables d'un bouleversement de l'architecture des systèmes d'information. Mais elles ne s'arrêteront pas au simple aspect technique. Elles vont également estomper une dichotomie usuelle dans les DSI, souvent construite autour de deux grandes entités : la direction des études, chargée de l’intégration des applications, et la direction de la production, chargée de leur exploitation. La première est depuis longtemps rompue au pilotage de SSII pour la réalisation de projets d'intégration, de plus en plus confiés à des équipes offshore. A l’opposé, la seconde a l’habitude de gérer elle-même ses serveurs, car les informations d’entreprise sont généralement considérées comme non externalisables. Selon moi, cette ligne de fracture n'aura plus de sens : les bénéfices apportés par le modèle SaaS font peu à peu évoluer les mentalités.
De nouvelles pratiques
Ainsi, la direction de l’exploitation va se former à la contractualisation et au pilotage de prestataires d’infogérance. Les DSI exploitant des applications en ligne souhaiteront conserver la maîtrise de leurs référentiels (bases clients, bases produits, annuaire de leurs collaborateurs, etc.). Elles devront donc exploiter un réplica de ces données produites hors du SI. Certaines DSI souhaiteront aussi conserver le contrôle des flux échangés entre leurs applications. Pour ce faire, elles se positionneront comme un intermédiaire obligatoire dans tous les échanges entre SaaS et applications internes. Concrètement, cela signifie qu'elles exploiteront un bus d'échange permettant de disposer d'une traçabilité de tous leurs échanges métiers.
Une dépendance critique aux contrats de service
Elles se doteront en outre d’outils de monitoring des SaaS, afin de contrôler dans la durée le respect des engagements de service (SLA). Enfin, elles procéderont à des audits réguliers de leurs applications externalisées afin de vérifier les pratiques de sauvegarde et de confidentialité, le respect des obligations règlementaires. De plus je tiens à souligner qu'un SI fragmenté sur des environnements locaux et distants pose un énorme problème de dépendance au réseau. En effet, un service distant inaccessible pourrait mettre des équipes métiers au chômage technique. Il est donc évident que les DSI devront sécuriser dans leurs accès réseaux et obtenir de fortes garanties de leurs opérateurs.
Guillaume PLOUIN, responsable de la veille technologique chez SQLI
Blog : www.tendances.it

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas