StationRipper : Une nouvelle étape pour la musique en ligne ?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

21 mars 2005 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Le lancement de la 8ème édition de la Fête de l'Internet (21-27 mars 2005) - dont l'Atelier fût le créateur sous l'impulsion de Jean-Michel Billaut, notre président d'honneur - a été l'occasion...

Le lancement de la 8 ème édition de la Fête de l'Internet (21-27 mars 2005) – dont l'Atelier fût le créateur sous l'impulsion de Jean-Michel Billaut, notre président d'honneur – a été l'occasion pour le gouvernement de lancer un « guide de sensibilisation des internautes à la création artistique », avec comme sous-titre "musiques et films : partager et télécharger sans se tromper"…
Ce guide a été présenté par le talentueux Benoît Sillard, responsable de la Délégation aux Usages de l'Internet, rattachée au ministère de l'Education nationale. Une bonne initiative pour le secteur du disque qui reste plutôt en guerre qu'en fête, lorsque l'on parle de téléchargement sur Internet. Malgré la progression des offres légales, l'impact des condamnations juridiques de certains internautes sur le trafic des sites PtoP (Kazaa), l'industrie du disque ne pourra faire l'économie d'une réaction plus forte et imaginative face au progrès constant de la diffusion gratuite de contenus musicaux sur Internet.
Dernière innovation importante du côté du gratuit ? StationRipper, sans aucun doute. Créé par Greg Ratajik (dès 2000 !), ce logiciel permet de télécharger sur son PC des centaines d'heures de musique au format MP3, de manière parfaitement légale. Réservées à un usage strictement privé , ces musiques sont téléchargées depuis des sites d'entreprises qui ont acquis les droits pour les diffuser . Qui sont ces entreprises ? Les radios, bien sûr !
Avec le développement du haut débit, les radios diffusent aujourd'hui de plus en plus sur le Net. C'est ce que l'on appelle le « radio streaming » : news, émissions (comme « l'Atelier numérique » !), morceaux de musiques et chansons au format MP3… Des milliers de radios diffusent désormais de la musique en ligne. Le site Shoutcast.com (de la technologie éponyme pour les web radios ) classe la plupart d'entre eux par genres et sous-genres musicaux, et possède également un moteur de recherche.
Dans ce contexte, quoi de plus efficace qu'une application qui permette d'enregistrer simultanément jusqu'à 300 flux radio MP3 ? Pas grand-chose, sans doute. Ce logiciel, dont la version payante coûte 15 dollars, est pourvu d'une interface très pratique. Il s'appelle "radiorippper". Plus d'un million d'Américains l'utilisent. L'excellent site spécialisé ratiatum.com a consacré un dossier sur le sujet, avec en prime des explications sur le fonctionnement du système…
L'impact de cette technologie ? Il risque d'être considérable puisqu'il permet à tous les internautes de télécharger gratuitement en parfaite légalité le contenu musical de plus en plus impressionnant des webradios… Dans les années 80, l'ouverture des ondes FM aux radios libres avait contraint les Majors à négocier des licences. Le temps est maintenant vraiment venu pour l'industrie de disque de penser le problème de manière plus large et globale. Pas uniquement à coup de campagnes publicitaires ou de dépôts de plaintes. Le sens de l'histoire risque de balayer toutes ces initiatives minimalistes d'un revers de bonne technologie.
Saluons par ailleurs la manière dont plusieurs municipalités ont pris part à cette "Fête de l'Internet" : Aix en Provence (découverte de la "horde du contrevent", roman multimédia), Avignon ("Avignon en fête"), Boulogne-Billancourt (conférences autour des blogues), Brest, Charleville-Mézières (LAN Party Ardennaises), Issy-les-Moulineaux (mise en avant de labels musicaux indépendants), Montpellier et Perpignan ("Générateur poétique"), Sète (Compagnie Mulleras : la danse et Internet)...
Bonne fête donc à tous ceux qui célèbrent et réfléchissent positivement sur les potentialités d'Internet, ce fantastique média pratiqué aujourd'hui par plus de 41 % de Français.
Jean de ChambureRédacteur en Chef
(Atelier groupe BNP Paribas - 21/03/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas