Le Tablet, généalogie d’un objet de désirs

Frédéric Kaplan

Frédéric Kaplan

Spécialiste des nouvelles interfaces, chercheur à l’EPFL et fondateur de la société OZWE

OZWE

En savoir plus sur l'auteur

27 janvier 2010 Laisser un commentaire

L'iSlate d'Apple devrait être présenté aujourd'hui. Mais les Tablet PCs font rêver depuis déjà bien longtemps. Retour sur un épisode ancien de cette longue histoire.

Par Frédéric Kaplan, spécialiste des nouvelles interfaces, chercheur à l’EPFL et fondateur de la société OZWE.
Dans le monde de l’informatique, un objet peut-être fascinant, novateur, et, malgré tout, ne pas trouver sa place dans la société. De nombreuses entreprises se sont essayées à créer un tablet. Beaucoup de modèles ont été produits et des millions de dollars dépensés pour poursuivre cet étrange objet de désir. Presque tous, jusqu’à présent, ont été des échecs. Jerry Kaplan raconte dans son livre un des épisodes marquants de cette longue histoire*. Nous sommes vers la fin des années 1980. Un jet privé vient de décoller. Mitchell Kapor** sort de son sac un des ordinateurs portables les plus puissants de l'époque, un Compaq 286. Le "boot" prend du temps. Kapor s’impatiente. Il doit rentrer dans l’ordinateur des notes éparses. "J’aimerais tellement rentrer directement tout ces machins dans la machine, sauter l’étape du papier !". La phrase de Kapor sonne comme un défi pour Jerry Kaplan qui partage le vol avec lui. Après quelques minutes de réflexion, il propose : "La vraie question est à quel point il est possible de rendre un ordinateur portable petit et léger".
Du clavier au stylet
Les voyageurs discutent. Disque dur et écran n’étaient pas simples à miniaturiser. Et quels que soit les progrès réalisables, il restait un obstacle : le clavier. "Impossible de diminuer la taille et de taper normalement … C’est pour ça que les organisateurs personnels sont si nuls". Kaplan acquiesce : "Mais si nous abandonnions le clavier, il serait possible de construire un ordinateur plat comme un livre". Toute l’électronique serait cachée en dessous. Les composants s’organiseraient en "sandwich". Il y aurait une batterie plate, pas de disque dur mais de la mémoire SRAM. Tout cela était possible… Mais il fallait trouver une solution de remplacement au clavier. Comment interagir avec une machine sans touches ? Durant une petite demi-heure, Kaplan somnole et c'est là que l’idée lui apparut. "Pourquoi ne pas utiliser un stylo ?". Cette machine serait l’équivalent d’un carnet de note plus qu’un ordinateur portable.
Une nouvelle famille de machines
"Ce serait tellement différent qu’il faudrait repenser le software dans son intégralité". L’idée d’interagir avec un stylet n’était pas nouvelle. Les artistes utilisaient déjà des tablettes graphiques. Mais il s’agissait toujours d’une interface additionnelle. Le concept était ici différent. En fait c’était peut-être la naissance d’une nouvelle famille de machines. Kaplan et Kapor en étaient persuadés. Ils vont faire tout leur possible pour transformer cette vision en réalité. GO Corporation sera fondée en 1987, recevra 75 Millions de dollars d’investissement, lancera le Personal Communicator, en vendra relativement peu puis sera rachetée par AT&T puis finalement fermée en 1994. Plus de 20 ans plus tard, le "Tablet", cet ordinateur auquel Kaplan et Kapor avaient voulu donner naissance dans la fin des années 1980, n’a pas cessé de me faire rêver.
* Kaplan, Jerry (1999). Startup : a Silicon Valley adventure. Bridgewater, NJ: Replica Books.
**fondateur de Lotus Development Corporation

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas