Le tactile : anecdotique ou révolutionnaire ?

Guillaume Plouin

Guillaume Plouin

Responsable de l'offre Cloud Computing et Auteur de “Cloud Computing” chez Dunod, 2011

OCTO Technology

En savoir plus sur l'auteur

29 septembre 2010 Laisser un commentaire

La fin d'année rimera avec tablettes tactiles : à côté de l'iPad, vont sortir des systèmes sous Android, Windows 7, WebOS, etc. Ce qui questionne sur la montée en puissance de ce nouveau paradigme d'interface homme machine.

Par Guillaume Plouin, responsable de l'offre Cloud chez OCTO Technology et auteur du blog Perspective.it.

Depuis quelque temps, Apple offre sur ses ordinateurs portables des TrackPads, qui permettent des interactions tactiles sophistiquées : mouvement “multitouch” à deux, trois ou quatre doigts. Ces fonctions ont un tel succès qu'elles ont été déclinées sur la Magic Mouse, et plus récemment sur le Magic TrackPad, pour les ordinateurs de bureau. Le pointage par TrackPad offre de nombreux avantages : mouvement à plusieurs doigts, la possibilité de ne plus lever la main pour attraper sa souris, celle d'utiliser le TrackPad comme une tablette graphique (voir la solution Inklet ). Et il remet sérieusement en cause la souris et autres systèmes de pointages. A titre personnel, j'ai abandonné la souris il y a un an... Le tactile franchira maintenant une étape décisive avec de nouvelles interfaces graphiques. J'ai souvent remis en cause l'interface du bureau PC/Mac, car elle me semble être un héritage du démarrage de la bureautique.

Rupture sur les interfaces graphiques

Période à laquelle les utilisateurs avaient besoin d'une interface familière pour mieux accepter le changement. Le multifenêtrage caractéristique de ces interfaces est complètement inadapté au tactile. On devrait donc voir émerger de nouvelles interfaces de bureau basées sur une gestuelle de page tournée, et pensées pour un usage à plusieurs doigts (voir le concept 10/GUI). Dans ce domaine, l'iPad a peu innové, et j'attends beaucoup des prochaines générations pour tirer partie de nos 10 doigts dès l'écran d'accueil. L'iPad est cependant un formidable laboratoire des nouveaux paradigmes d'interfaces tactiles dans un format d'écran comparable à celui d'un PC de bureau. On peut citer le portage de la suite bureautique iWork sur iPad : je trouve l'utilisation d'un traitement de texte tactile extrêmement intéressant. L'outil est facile à appréhender et rend inutiles les aller/retours fastidieux entre périphériques. Ce qui devrait même faciliter son entrée dans la bureautique d'entreprise. 

En guise de conclusion

L'étonnante application de dessin Tactilis constitue un autre exemple intéressant : elle donne vie à des règles et compas virtuels de manière très naturelle. On peut ainsi entrevoir des applications métiers tactiles très sophistiquées. Quelques jours après l'achat de mon iPad, je l'ai mis entre les mains de ma grand mère de 90 ans, qui a été séduite. Ce qui me conforte dans l'idée que le tactile va devenir rapidement la norme dans un contexte grand public. Windows et MacOS vont certainement revoir leurs interfaces dans ce sens. Et les entreprises devront porter toutes leurs applications B2C en tactile. L'écosystème tactile B2B est encore jeune. Il est cependant séduisant de se projeter dans un scénario "poste de travail tactile" pour tous les utilisateurs qui ne font pas de la saisie intensive. On doit dès aujourd'hui réfléchir à des environnements métier totalement tactiles pour certaines professions (médecine, force de vente, chantiers, etc.).

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas