Terminaux mobiles : une passerelle vers un nouveau monde de données

Pierre Bosche

Pierre Bosche

Directeur mondial du Conseil en technologies d'Accenture pour le secteur de la finance

Accenture

En savoir plus sur l'auteur

10 septembre 2010 1 commentaire

À l'inverse des PC traditionnels, les équipements mobiles voient leurs capacités décupler et se rapprochent des ordinateurs. Parallèlement, le volume d'informations accessibles via Internet croît à un rythme exponentiel.

Par Pierre Bosche, Directeur mondial du Conseil en Technologies d’Accenture pour le secteur de la Finance
Ces deux tendances – l’essor d’Internet et la multiplication des points d’accès – se renforcent mutuellement, et sont sur le point de remettre en cause un fait établi de longue date : les hommes ont jusque là eu recours à des supports spécifiques (papyrus, tourne-disques ou systèmes GPS) pour accéder à des contenus spécifiques (écrits, musique ou lieux). L’accès à l’information et l’expérience de cette information étaient alors indissociables. Mais l’accès et l’expérience devenant deux choses de plus en plus distinctes, nous nous trouvons à l’aube d’un monde dans lequel n’importe quel appareil pourra véhiculer n’importe quel format de données. Un monde dans lequel un équipement ne sera plus synonyme de contenu, mais de passerelle. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer la quantité d’équipements désormais capables de se connecter à Internet.
Gagner en confort et en productivité
D’ici la fin de l’année, le volume d’abonnements mobiles dans le monde franchira la barre des 5 milliards (pour 7 milliards d’habitants). Cela signifie qu’il existe déjà plus de personnes pourvues d’un téléphone mobile que d’un accès à l’eau courante… Dans un tel univers l’utilisateur, une fois affranchi des contraintes matérielles, verra s’ouvrir devant lui des perspectives inédites en termes de consommation (mais aussi de production !). Il n’aura d’autre souci que de gagner en confort et en productivité, que ce soit en consultant la transcription d’un message vocal sur sa tablette tactile, ou en réservant une table pour dîner via sa console de jeu. Une évolution que les prestataires de services devront impérativement accompagner. Prenons l’exemple de Pandora, qui illustre bien ce phénomène. En 2008, le géant nord-américain de la radio web a lancé une application permettant d'écouter de la musique directement depuis un iPhone.
Des équipements synonymes de passerelles
Non sans surprise, la société a alors vu son taux de croissance doubler : du jour au lendemain, la musique mobile est devenue un débouché clé pour le service. Forte de ce succès, l’entreprise cherche aujourd’hui à étendre sa présence sur le marché mobile en s’invitant notamment dans les systèmes audio embarqués. Les compagnies qui considèrent le poste de travail comme le seul moyen d’accéder à leurs ressources internes auront peut-être du mal à accepter l’idée que les équipements ne sont plus synonymes de contenus, mais de passerelles. Il me semble que cette évolution est au contraire l’occasion de se concentrer sur le renforcement de la sécurité informatique plutôt que sur la maintenance des équipements. En utilisant judicieusement la virtualisation, les entreprises seront en mesure de surfer sur la vague de ces équipements pour aller toujours plus loin.

Haut de page

1 Commentaire

professionnel de santé je vois dans le téléphone mobile, l'inéluctable numérisation des soins et donc la gestion en temps réel de tous les domaines d'activités spécifiques aux soins, production des soins facturations, etc., etc.

Soumis par POCARD (non vérifié) - le 15 septembre 2010 à 17h00

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas