VPN sur IP : les bonnes fées du secteur Télécom/Internet ?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

04 septembre 2002 Laisser un commentaire

La crise que traverse aujourd’hui le secteur des Télécoms/Internet est bien générale. Qu’ils soient équipementiers (Alcatel, Marconi…), fournisseurs de bande passante...

La crise que traverse aujourd’hui le secteur des Télécoms/Internet est bien générale. Qu’ils soient équipementiers (Alcatel, Marconi…), fournisseurs de bande passante (William Communications, Level 3…), opérateurs (France Télécom, Qwest…), fournisseurs d’accès Internet (FAI), spécialistes de l’hébergement ou SSII, tous les acteurs de la chaîne de valeur Internet souffrent du ralentissement de la demande. Et beaucoup d’entre eux succombent aux surinvestissements qu’ils ont réalisés sans tenir assez compte du temps nécessaire au marché pour s’adapter à leurs offres (Exodus, Worldcom, KPN Qwest, Integra…). Mais malgré ce marasme, quelques raisons d’espérer subsistent. Sur le marché professionnel des services Internet (accès, hébergement, conseil & développement), des usages progressent, s’intensifient, se renforcent, se complexifient. De nouvelles attentes émergent et créent de nouveaux besoins, notamment en matière d’échanges de données. De plus en plus d’applications professionnelles sont accessibles en ligne dans des environnements fluctuants (variations des postes, des lieux de travail, des sociétés partenaires…) qui doivent relier plusieurs points d’entrée au réseau (multitude de réseaux interconnectés). Ce contexte est favorable aux offres haut-débit symétriques (sDSL) aussi performantes dans l’envoi que dans la réception de données, ainsi qu’aux Réseaux Privés Virtuels sur IP (Virtual Private Networks ou VPN en anglais). Presque toute l’offre (opérateurs, FAI, Hébergeurs, SSII) se positionne sur ce marché de niche (estimé à seulement 45 millions en 2001, selon le cabinet Cesmo), dont la croissance pourrait pourtant être multipliée par vingt en cinq ans…Y-a-t-il déjà trop d’offres sur un marché aussi réduit ?… Difficile de répondre à cette question avant cinq ans. Les cartes des VPN sur IP sont bonnes. Outre la rapidité et le faible coût de leur paramétrage face à leur principal concurrent - les VPN sur Relais de Trame -, les VPN sur IP offrent de réels avantages dans la rapidité des échanges de données sécurisées (les VPN sur Relais de Trame sont limités à 56 kbits/s), comme dans la souplesse avec laquelle ils s’intègrent dans un milieu multisites (ce n’est pas le cas des VPN sur Relais de Trame conçus pour relier deux extrémités du réseau).De fait, les VPN sur IP séduisent autant les entreprises que les acteurs du marché qui se sont lancées dans une offre « VPN sur IP », malgré les contraintes qu’elle comporte. Et celles-ci ne sont pas des moindres. La complexité du passage des VPN sur Relais de Trame (aujourd’hui dominants sur le marché) au VPN sur IP nécessite un savoir-faire que les protagonistes n’ont pas toujours… Si les VPN sur IP sont assurément de bonnes fées pour les entreprises, il n’est pas dit que l’offre profite autant de leurs bonnes grâces ! Pour en savoir plus sur le marché des services d’accès et d’hébergement : cliquez ici

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas