La vraie reprise dans le secteur des NT n’est pas encore prévisible

22 avril 2002 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Les premières lueurs d’espoirs sont apparues il y a quelques semaines dans la Silicon Valley ...

Les premières lueurs d’espoirs sont apparues il y a quelques semaines dans la Silicon Valley, indicateur avancé de la santé du secteur des Nouvelles Technologies avec les premières levées de fonds significatives après une complète atonie au cours de l’année 2001. On signale aussi un recul des licenciements : on peut tout au mieux espérer que le point bas a été atteint. Plus significatif, d’après Morgan Stanley, le stock de capital productif en technologie de l’information a reculé de 100 milliards de dollars, purge rapide mais coutumière des cycles économiques américains qui laisse la place à un phénomène de restockage que l’on présent bien à l’aune des usages quotidiens : un PC en milieu professionnel est remplacé tous les 2 ans. Mais au delà de cet effet de remplacement qu’attendre quand l’économie des pays industrialisés apparaît saturée de technologies ? Les malheurs des opérateurs alternatifs et la crise de la mobilité n’en sont que deux exemples patents. En conséquence, seule l’innovation assortie de débouchés commercialisables pourra garantir un retour durable de la reprise de l’investissement en technologies. En Europe, les indicateurs sont encore moins encourageants : recul de 11 % sur un an des ventes de PC au premier trimestre 2002 et baisse de 8 % attendue au deuxième trimestre. Les optimistes diront que plus fort sera le rebond ! mais l’inertie est encore plus grande qu’aux Etats-Unis et les problèmes structurels éternellement repoussés (retraite, santé, Etat..) pèseront davantage encore que les problèmes d’endettement (des ménages et des entreprises) aux Etats-Unis d’autant qu’il y a fort à parier que la sphère financière ne jouera pas un rôle d’entraînement dans ce secteur… Du moins pas avant quelques années, le temps que les gérants et les analystes aient oublié les effets de la bulle internet après avoir goûté aux charmes d’autres bulles (biotechnologies, et pourquoi pas immobilière).(Dominique Graber - Atelier groupe BNP Paribas - 22/04/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas