Les dossiers de l'Atelier

Les 12èmes rencontres européennes Capital-IT

Sous l'impulsion d'Emmanuel Libaudière, ont eu lieu la semaine dernière les 12èmes rencontres européennes de « Capital-IT ». Au Salons Hoche, à Paris. Avec un axe fort : des retours d'expériences...

Sous l'impulsion d'Emmanuel Libaudière, ont eu lieu la semaine dernière les 12 èmes rencontres européennes de « Capital-IT ». Au Salons Hoche, à Paris. Avec un axe fort : des retours d'expériences réussies et la présentation concrète d'innovations.
Une bonne manière de mettre en avant le succès et les opportunités du capital-risque dans les sociétés technologiques, cinq ans après l'éclatement de la bulle. Initiative riche et intéressante dont l'Atelier a voulu résumer pour vous les grandes tendances.
La première d'entre elles est assurément l'arrivée en force des modèles économiques liés aux services mobiles : Quelles sont les bonnes stratégies pour ce marché ? Quelles sont les entreprises innovantes en la matière et présentes à l'événement ?
Les réponses dans ce dossier qui résume par ailleurs deux interventions brillantes : « Les clefs de la success story de Kelkoo » par Michel Dahan, General Partner chez Banexi Ventures, faiseur du modèle Kelkoo ; puis « les deux modèles rentables des réseaux sociaux » par Marc Simoncini, co-fondateur d'i-France et fondateur de Meetic, le premier site de rencontres européen sur Internet.
Enfin, parmi les 12 sociétés sélectionnées soit dans le domaine de la mobilité, soit dans celui d'Internet, le dossier donne un rapide éclairage sur quatre d'entre elles.

Les applications ludiques sur téléphone mobile : killer application de la 3G ?

Par 21 avril 2005
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Deux sociétés françaises présentes à Capital IT démontrent une fois encore que c'est du côté des contenus que se jouera l'une des batailles les plus rudes de la téléphonie mobile, toujours à la recherche de sa killer application...

Deux sociétés françaises présentes à Capital IT démontrent une fois encore que c'est du côté des contenus que se jouera l'une des batailles les plus rudes de la téléphonie mobile, toujours à la recherche de sa killer application. Et la part ludique est de loin celle qui est susceptible de drainer le plus fort trafic, donc les meilleurs revenus.
Kaolink (www.kaolink.com), représentée par son PDG Carole Faure, a déjà 5 ans d'existence et quelques beaux succès à son actif. L'un de ses jeux – Crash Nitro Kart – a été numéro un des ventes de Vodafone Life en 2004. Pour se développer, l'entreprise doit maintenant se déployer à l'international et mieux maîtriser son modèle de distribution pour se rapprocher de son client, avec un modèle de vente directe basé sur le jeu gratuit avec option d'achat... Vaste enjeu, assez classique dans le développement des jeunes sociétés de ce secteur, et auquel doivent contribuer les 1,2 million d'euros que la société souhaite lever. Et il faudra à Kaolink démontrer ses facteurs de différenciation dans un secteur qui s'annonce fortement concurrentiel.
BeTomorrow (www.betomorrow.com) présente des caractéristiques qui semblent plus ambitieuses, avec des technologies plus atypiques et plus différenciatrices. La société a un positionnement original en proposant :
- des jeux massivement multi joueurs en ligne et en temps réel qui sont impressionnants de par leurs qualités. La 3G va certainement booster fortement ce type d'applications très originales. Avantage de BeTommorow : elle dispose d'un studio de développement et d'une plateforme en ligne permettant de proposer aux opérateurs une solution de bout en bout, directement opérationnelle pour eux.
- un système de suivi sportif encore plus bluffant ! En combinant les différentes technologies nécessaires au suivi d'événements sportifs (GPS embarqués ou tracking vidéo) et un système de suivi 2D ou 3D en temps réel sur mobile, elle permet d'offrir un suivi en temps réel d'excellente qualité. La démonstration faite sur le suivi des régates aux Jeux d'Athènes de 2004 ou pour le suivi de la prochaine America's Cup ont franchement convaincu de l'avenir de ce type de solutions.
Reste pour BeTomorrow à convaincre les investisseurs d'injecter trois millions d'euros dans la société pour son développement commercial et sa R&D. Mais avec peu de compétiteurs sérieux, la société de Bordeaux a de bonnes chances réussir.
Ces deux entreprises ont donc convaincu un public averti. De belles démonstrations, et une vraie maturité commerciale, illustrant bien la marque de fabrique de cette 12 ème édition de Capital IT. Reste à savoir si elles parviendront à lever les 2 à 3 millions d'euros nécessaires à leur développement, notamment à l'international, alors que l'industrie française du jeu vidéo connaît bien des difficultés aujourd'hui. A suivre, donc…

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas