Les dossiers de l'Atelier

Archivage: quand la contrainte libère l'innovation

Toujours plus nombreuses, les contraintes réglementaires comprennent souvent une composante de conservation des documents numériques. Autant en profiter pour élaborer et mettre en place des stratégies innovantes de conservation de l'information...

Sarbannes Oxley, Bâle II... Autant de textes qui obligent les entreprises - et en particulier les établissements financiers - à mettre en place une politique d'archivage. Plutôt que de rester passives, elles peuvent profiter de ces échéances pour élaborer et mettre en place des projets ambitieux  de conservation de l’information. C'est en tous cas le message passé par IBM lors de la conférence du 7 juin 2007, intitulée "Conserver et valoriser l'information: votre politique d'archivage est-elle adaptée?".
Des ROI démontrables
Pour big blue, pas de panique! Le "big bang" informatique n'est pas un passage obligé des projets d'archivage. Il est tout à fait possible de commencer les déploiements par des projets ciblés. Avec un retour sur investissements (ROI) rapidement démontrable, ils auront un effet d’entraînement pour les suivants.

L'obligation? Un futur avantage compétitif!

Par 26 juin 2007
Mots-clés : Digital Working

Les entreprises françaises et européennes ont le devoir de respecter les réglementations tout en excellant dans la gestion du risque. Pourquoi ne pas voir ces obligations comme des occasions d'innover...

Les entreprises françaises et européennes ont le devoir de respecter les réglementations tout en excellant dans la gestion du risque. Pourquoi ne pas voir ces obligations comme des occasions d'innover?
 
Les nouvelles réglementations sont aussi nombreuses (Bâle II, IAS/IFRS, Sarbanes Oxley, etc.) que changeantes. Selon les pressions et des réglementations futures, elles peuvent s'avérer contraignantes et coûteuses. Pour Alain Le Corre, responsable de marché gestion de l'information chez IBM, la mise en place de ces réglementations relève plus d'une opportunité que d'une contrainte. Et de citer une étude Datamonitor; Selon celle-ci, trois composantes-clés sont à la base du succès des entreprises dans ce cadre réglementaire: les processus, les contrôles et les contenus/archives. La mise en conformité réglementaire représente pour les institutions financières une réelle opportunité stratégique de recherche d'excellence des processus.
 
Plus de flexibilité dans le futur
 
Ces processus sont standardisés, et apportent des bénéfices en terme de respect des réglementations, avec l'amélioration de la transparence des activités et une formation ainsi que des certifications facilitées. Des bénéfices métier sont également engendrés, avec une réduction sensible et mesurable des coûts, une flexibilité face à l'évolution des normes et des règles internes. Une automatisation des processus et des contrôles est également mise en place, avec des bénéfices à tirer en terme de respect des réglementations : réduction des risques opérationnels et de la fraude, garantie du suivi des procédures, création automatique de pistes d'audit.
 
Une meilleure productivité
 
D'autres bénéfices métier sont à noter, comme l'augmentation de la productivité, un suivi et une analyse des activités ainsi que la mise en place d'indicateurs de performances.
Les contenus sont également automatisés et cela engendre des bénéfices en terme de respect des réglementations (partage et accès aux informations, garantie de suivi des cycles de vies de l'informations, garantie du respect des stratégies de conservation, sécurisation de l'information), des bénéfices métier (amélioration du service client, informations identiques pour tous les canaux, accès immédiat et sécurisé pour les différents acteurs), et des bénéfices IT (rationalisation du stockage, maîtrise de la dépense, amélioration du service).

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas