Les dossiers de l'Atelier

En Chine, la consommation se concentre de plus en plus sur le web et le mobile

La prolifération d'appareils connectés ainsi que l'accès à plus de moyens de paiement profite au e-commerce. Les acteurs nationaux et internationaux sont d'ailleurs toujours plus nombreux à investir le terrain.

Chine e-commerce

Smartphones, tablettes et autres objets connectés prennent toujours plus de place dans la vie de la population chinoise et devraient profiter au commerce, en ligne et sur mobile. En 2012, l’empire du Milieu devrait ainsi devenir le premier pays consommateur de smartphones, détrônant les Etats-Unis et ses 21,3% de part de marché contre 18,2% pour la première selon une étude Worldwide Quarterly Mobile Phone Tracker d'IDC. Et selon une étude de Mintel, 96% des personnes appartenant à la nouvelle classe dite moyenne possèderaient un ordinateur et 97% un smartphone. Et l'envie de les utiliser pour accéder à des services, et évidemment consommer.Mais la technologie ne suffit pas à créer l'e-commerce. Si celui-ci est en train de prendre autant d'ampleur, c'est aussi, outre la lutte contre la circulation de produits contrefaits, le fait qu'il est de plus en plus facile de payer en ligne.

Les barrières tombent

En effet, la faible pénétration du nombre de cartes de crédit auprès de la population a été un obstacle majeur. Obstacle en train de se résorber : aujourd’hui, plus de la moitié de la classe moyenne chinoise (52%) possèderait une carte de crédit selon la même étude de Mintel. Et pour la génération Y, ce serait clairement  la consommation dématérialisée qui serait préférée à l’achat en magasin. Plus de huit jeunes sur dix des classes moyennes ont consommé en ligne (82%) entre juin et juillet 2011 selon une étude de Visa Asie. Et, sans s’arrêter au potentiel du nombre de la population, un  rapport de McKinsey rappelle que le temps passé en ligne par un internaute chinois est de 46 minutes par jour contre 37 minutes aux Etats-Unis.

Un attrait pour la dématérialisation

Outre cela, les réseaux sociaux aussi ne sont pas à négliger. En effet, les consommateurs chinois sont 80% à utiliser plusieurs médias sociaux, contre seulement 39% au Japon, et plus particulièrement des plates-formes locales : Sina Weibo et Tencent Weibo. Toutes ces évolutions ne passent pas inaperçues des acteurs nationaux, évidemment. La croissance du commerce en ligne et sur mobile suscite également l'intérêt des entreprises à l'international, qui voient du coup en ces canaux un moyen non négligeable d'entrer sur le marché. Moyen tout à fait valable si elles ne négligent pas de s'adapter cependant aux spécificités locales.

Le e-commerce s'impose comme porte d'entrée du marché chinois

Par 17 juillet 2012 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, chine, e-commerce, Asie
Femme devant un ordinateur

Avec la diffusion de la carte de crédit et des technologies au sein d'une classe moyenne qui se développe, le e-commerce devrait être un moyen pour les marques de faire commerce en Chine.

Le développement de la Chine entraîne l'apparition d'une classe moyenne à l'intérêt croissant pour la technologie qui devrait, selon une étude de Mintel, créer un boom dans la vente de détail en ligne. En effet, cette classe moyenne chinoise est ultra connectée. Ainsi, les personnes qui la composent possèdent à hauteur de 96% un ordinateur et de 88% un ordinateur fixe. De plus, ils sont 97% à posséder un smartphone, ce qui devrait profiter au m-commerce. Autant de données déjà bien intégrées par les commerçants étrangers : DDMA rappelait récemment que le commerce sur le web représente désormais une des portes d'entrées privilégiées par les marchands pour pénétrer le marché. Et si la technologie seule ne suffit pas à créer le e-commerce, une des dernières barrières à son expansion s'efface, à savoir le mode de paiement. "L'e-commerce a été confronté à deux obstacles majeurs, la confiance dans des marchandises authentiques et non des contrefaçons et la faible appropriation de carte de crédit", explique Paul French dans l'étude, chief strategist du marché chinois chez Mintel. Un problème résolu car la moitié de la classe moyenne possède aujourd'hui plus d'une carte de crédit (52%).

Un intérêt pour la technologie

Et d'ajouter que "la plupart des commerçants en ligne ont commencé à travailler avec les grandes marques pour éradiquer les produits contrefaisants de leur plate-forme", condition du succès de la e-consommation. De plus, leur intérêt grandissant pour la technologie se perçoit dans leur consommation. 90% d'entre eux possèdent ainsi un appareil photo digital ou vidéo, 83% une TV HD et 70% un lecteur DVD. Ils sont même un quart à être propriétaire d'une télévision 3D (23%). Si les membres de cette classe moyenne sont donc déjà bien équipés, ils ne cessent pas, pour autant, de consommer. Ainsi, 39% des personnes interrogées ont acheté un bien audiovisuel (TV, PC ou une console de jeu) au cours des trois derniers mois. De la même façon, ils sont 42% à avoir acquis un produit blanc (réfrigérateur ou machine à laver) sur la même période. Pourtant, ils sont également 53% à prévoir l'acquisition d'un bien audiovisuel dans les trois mois à venir, et ils sont 43% à planifier l'achat d'un bien blanc sur la période. 

Luxe et voyage

L'étude révèle en outre leur intérêt pour les biens de luxe, avec à peine 5% affirmant ne pas prévoir l'achat d'un tel produit dans l'année à venir. Plus précisément, ils entendent investir dans les vêtements de luxe (67%), les vêtements et les chaussures (60%), les bijoux et les montres (58%) et l'électronique (45%). Ils ne sont en revanche que 6% à affirmer ne pas avoir fait l'acquisition de tels produits de luxe lors de leurs voyages. Car les chinois consomment aussi en voyageant, avec un intérêt particulier se développant pour l'Australie. Et pour cause, 40% ont voyagé dans cette région pour leurs vacances de l'année dernière, dépassant ainsi l'Europe (37%) où la France garde la tête (25%), suivie de près par le Royaume-Uni (22%). La troisième région étant les États-Unis (32%). Pour autant, la consommation grandissante de cette classe ne les empêche pas d'épargner, 77% d'entre eux ayant ajouté une somme à leur épargne au cours des trois derniers mois.

Haut de page

1 Commentaire

Article très intéressant.
Il est aujourd'hui facile pour les entreprises française d'avoir une présence en chine grâce à des sites en chinois.
Si vous souhaitez créer un site web en chinois, je vous invite à visiter le site de l'agence web Nemty Agency

Soumis par luck - le 15 août 2012 à 09h43

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas