Les dossiers de l'Atelier

Le consommateur nomade, enjeu majeur pour les banques

Dans de nombreuses parties du monde, la bancarisation des consommateurs ne passe que par ce biais, par choix ou fatalisme technologique. Dans la plupart des pays développés, le consommateur nomade n'est qu'un canal de plus que les établissements financiers doivent maîtriser.

Une variété de combinés

Si l'on excepte des pays comme le Japon où le mobile est depuis longtemps l'outil majoritaire d'accès au web, la plupart des pays en voie de développement font le pari de la bancarisation des consommateurs via les dispositifs nomades. Dans la majorité d'entre-eux, ces dispositifs sont des "feature phone" peu évolués. Mais avec l'arrivée de combinés fabriqués en Chine ou imaginés en Inde, les clients des établissement financiers en Afrique, Amérique du Sud et en Asie pourraient rapidement rejoindre les habitants des pays européens et nord-américains.

Des technologies arrivées à maturité

A condition bien sûr que les conditions économiques, juridiques et politiques le permettent. Pour les "bancarisés" occidentaux, la consommation en ligne et hors exceptions la consommation nomade de ce type de services devient un must-have. Du point de vue des banques, cela signifie surtout un canal de plus à superviser, des données clients éparpillées à consolider, des messages à aligner sur le web, dans les agences physiques, par SMS... Pour le plus grand bonheur des fournisseurs, dont les technologies semblent arriver à maturité pour contrôler cette anarchie.

Le mobile détermine le choix de sa future banque

Par 23 juin 2011 1 commentaire
de l'argent sort d'un téléphone

Les applications dédiées aux services financiers orientent de plus en plus les consommateurs dans le choix de leur institution bancaire.

Le smartphone et surtout les applications de services financiers associées sont en train de changer la donne lorsqu'il s'agit pour les utilisateurs de choisir leur future banque. D'après une étude menée le cabinet américain Mercatus, les services mobiles sont devenus un critère discriminant dans le choix d'une institution bancaire. "Cette année, 35 % des consommateurs interrogés considèrent que ces services accessibles via un téléphone ont été l'un des premiers facteurs de choix".Avant d'ajouter :"soit une augmentation de l'ordre de 20 % par rapport à l'année précédente", souligne Teresa Epperson analyste pour le cabinet.

Mobile : un outil indispensable ?

Le segment le plus sensible à ce phénomène est celui des 26 - 34 ans. Pour eux ces services financiers les conduisent à s'engager plus pour leur banque, c'est-à-dire qu'ils restent plus longtemps et qu'ils sont globalement plus satisfaits des services de l'institution choisie. D'après l'étude, seuls 5 % de ceux qui utilisent leur mobile pour accéder aux services bancaires ont changé de banque au cours de la première année. Les banques ne peuvent donc plus s'en passer, il s'agit là d'une stratégie pour faire face à la concurrence. Celles qui ne développent pas une application prennent le risque d'attirer moins de clients et surtout d'en perdre.

Des garanties de sécurité

En effet, les analystes soulignent que cette tendance s'intègre dans le phénomène où les gens utilisent désormais constamment leur téléphone pour naviguer sur Internet, accéder aux réseaux sociaux et partager du contenu. D'autant que, souligne l'étude, il semble que beaucoup d'efforts aient été faits de la part des développeurs quant à la sécurisation des données pour se protéger d'éventuels pirates.

Haut de page

1 Commentaire

Comme tout le monde le sait, la sécurité 0 n'existe pas et il y aurai toujours des failles, particulièrement sur les technologies embarquées exploitant des réseaux sans fil. Vous parlez très justement de sécurité car c'est le cœur du problème pour les applications pour les banques en ligne. S'il ne s'agit que de consulter son compte, tout va bien, mais quand il s'agit d'opérations plus délicates (placement court terme, virement bancaire, paiement en ligne), il faudra redoubler d'effort.

Soumis par Sylvain Pronier (non vérifié) - le 07 février 2012 à 13h54

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas