Les dossiers de l'Atelier

La conversation sur support numérique renouvelle la prédiction

Les prévisions ont été l'apanage de quelques uns. Selon les époques, ils étaient considérés comme des charlatans ou des notables. Le web inverse la tendance, en dépersonnalisant les oracles et en donnant le pouvoir de prophétie à la foule.

Soleil levant

Pour prévoir des tendances, les statisticiens et les sondeurs se basent sur des cohortes limitées, qui doivent être stimulées pour répondre à des questions dont la formulation peut biaiser les résultats. Depuis l'arrivée des médias sociaux comme Twitter, facebook et leurs équivalents, les chercheurs disposent d'une quantité phénoménale de discussions ouvertes à toutes et tous.

Des producteurs d'information humains ou électroniques

Des discussions pour les quelles il suffit de puiser, à condition bien évidemment d'avoir la méthode adéquate et les outils nécessaires. A partir de là, tout est ouvert : prévoir des courts de bourse, des échanges d'action, des réputations en ligne, les destinations favorites d'internautes... Et quand les échanges entre internautes ne suffisent pas, il est toujours possible de faire appel à leurs matériels comme producteurs automatiques d'information.

Les réseaux d'experts se bâtissent aussi sur des prédictions

Par 08 mars 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Des gens se rassemblent autour d'une ampoule

Beansight propose aux utilisateurs de faire des prévisions sur le succès d'un produit, d'un projet ou d'une idée. Des points de crédibilité sont attribués en fonction des résultats, afin d'identifier les personnes influentes.

Comment mettre le crowdsourcing au service du futur ? C’est le défi que s’est lancé l'une des start-up de l'incubateur du palais Brongniart, Beansight. Elle permet à ses utilisateurs de partager des prédictions en s’inscrivant sur un site. Il peut s’agir autant d'estimations relatives au succès de vente d'un produit ou qui concernent ses futures caractéristiques, mais aussi de résultats d’élection ou de la conjoncture économique. Le but étant de créer des réseaux d'experts dans plusieurs domaines : technologie, politique, économie, finance… « A termes, les utilisateurs qui bénéficient d’une forte crédibilité pourront prouver qu’ils sont experts dans un domaine, et obtenir une reconnaissance de leur savoir dans le monde du travail par exemple » explique à L'Atelier Cyril Dorsaz, co-fondateur. A noter que chaque action permet de gagner des points de crédibilité si les anticipations sont correctes. 

Le crowdsourcing au service des prévisions

« Nous avons développé en interne un algorithme qui note automatiquement la capacité des gens à anticiper correctement des événements » poursuit le responsable. Il ajoute notamment que: « cela nous permet d’obtenir un profil complet des répondants en fonction des prévisions qu’ils réalisent correctement et d’affiner ainsi notre méthode au fur et à mesure. Les prévisions du site seront donc de plus en plus précises ». Les points feront alors augmenter ou baisser sa crédibilité. L’algorithme qui analyse ces données attribue ensuite une pondération à la prévision. Plus celles d’un individu se sont révélées exactes, plus son point de vue comptera dans la prédiction finale. Un système qui cible les particuliers, certes, mais aussi les entreprises : "les employés sont le plus proches des outils de production et peuvent sentir les évolutions du marché", explique Cyril Dorsaz. L’outil leur permettra par exemple de donner un avis sur des prévisions de ventes. 

De l’avis à l’expertise

Cela aidera les directeurs des achats et des ventes à mieux anticiper. « Notre objectif est que les utilisateurs interagissent sur le bien fondé des prédictions émises. Ils prennent alors position pour dire s’ils sont d’accords ou non » ajoute Cyril Dorsaz. Aujourd’hui la plateforme fonctionne en bêta privé et compte déjà plus de 1000 utilisateurs. Environ quatre à cinq cents prédictions ont été émises ce qui a conduit à plus de cinq milles prises de positions. « La communauté a ainsi su anticiper les fonctions de l’iPad 2 avant même qu’il soit dévoilé » se félicite Cyril Dorsaz.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas