Les dossiers de l'Atelier

Les entreprises ont tout à gagner à plus impliquer leurs salariés

Pour encourager une personne à s'engager au maximum dans sa compagnie, l'argent est loin d'être la seule motivation nécessaire. D'autres leviers importent, dont le but est de montrer à l'individu que sa voix est prise en compte.

avatars qui tirent une flèche vers le haut

Un collaborateur doit se sentir épanoui au sein de son entreprise pour vouloir y rester et surtout contribuer à la réussite de celle-ci. L'antienne n'est pas nouvelle, mais correspondait souvent à l'attribution de primes, d'augmentation, ou d'évolution interne et de prise de responsabilités. Des moyens efficaces, mais qui sont loin de suffire à susciter engagement et implication. Cela, d'autant plus à un moment où le turn over d'une entreprise à une autre s'accélère et où de plus en plus de professionnels commencent à rechercher des missions plutôt qu'un poste. Du coup, pour favoriser l'implication, une méthode imparable est tout simplement d'impliquer la personne dans les processus de l'entreprise.

Ecouter

C'est ce que fait l'indienne HCL Technologies, qui a décidé de travailler plus étroitement avec ses salariés en leur donnant la parole. Pour cela, elle a mis au point un portail sur lequel les individus peuvent s'exprimer sur n'importe quel sujet concernant la compagnie, et s'adresser à la hiérarchie. Il est aussi possible de publier des interrogations sur un problème rencontré, afin d'en améliorer la résolution, cela de manière plus collective. Une initiative qui est aussi celle d'Hypios, qui travaille sur une plate-forme de résolution de problèmes dédiée aux entreprises. Le but, à terme : mieux innover en écoutant mieux.

Impliquer

Google a pris cela au mot : l'une de ses stratégies pour faciliter l'épanouissement de ses salariés est de leur accorder du temps libre. Notamment pour mettre au point un projet (application, produit...), qui pourra ensuite être réalisé au sein de la compagnie. D'autres moyens peuvent être cités, comme celui de proposer de participer à des projets de Social Business, ou de "gamifier" certains enjeux. Toutes ces initiatives se rejoignent : elles visent toutes à donner envie de participer, de collaborer. Reste à savoir laquelle privilégier en fonction de son activité et de son identité. Panorama, suite au Théma organisé sur le sujet le 28 septembre par L'Atelier.

"L'engagement est essentiel pour n'importe quel type de projet"

Par 22 septembre 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
tristan nitot

Dans une entreprise traditionnelle comme au sein d'une communauté, la réussite de projets passe avant tout par la motivation des personnes qui le font. Ce qui nécessite un climat de confiance et l'appartenance à un but commun.

Entretien avec Tristan Nitot, président Mozilla Europe.

 

L'Atelier : Faut-il être engagé pour évoluer et s'épanouir dans une organisation ?

Tristan Nitot :L'engagement est un élément essentiel pour n'importe quel type de projet, en particulier quand l'organisation est habitée par une mission. C'est le cas pour Mozilla, fondation à but non lucratif, qui repose sur la force d'une communauté de plusieurs dizaines de milliers de contributeurs. Cette communauté est principalement animée par ses idéaux autour de valeurs communes et autour de l'idée d'un web meilleur.

 

Comment motiver le salarié de telle sorte qu'il donne à l'entreprise plus que ce que son travail nécessite ?

Il existe plusieurs types de mécanismes pour engager le salarié. Pour ce qui est d'une organisation portée par un idéal, des valeurs, et une mission, la tâche devient aussitôt plus facile. Mozilla recrute principalement parmi sa communauté de contributeurs, et les employés de Mozilla sont donc parmi les plus motivés par le projet de la fondation.

Donnez une mission, un but, une finalité à une organisation - si vos collaborateurs y adhèrent, alors ils s'engageront par eux même car ils feront partie d'une aventure qui va au-delà d'un bouclage trimestriel ou de chiffres de ventes. Mais d'un autre coté, il s'agit maintenant d'engager toute une communauté de bénévoles, et pas simplement des collaborateurs.

 

Au-delà d'un but commun, quels outils mettre en œuvre pour favoriser l'engagement et la confiance des salariés ?

Le premier est un climat de confiance, un environnement dans lequel le salarié se sentira à l'aise : aussi bien dans son travail qu'avec les idées et le projet porté par l'entreprise. Le management se doit d'être authentique dans son approche et de la communiquer honnêtement. Il faut ensuite valoriser la contribution de chacun dans l'entreprise, jusqu'au sommet de l'organisation. Je recommande à ce sujet la lecture de "From Good to Great" de Jim Collins, qui 10 ans après sa parution, reste un best-seller. La version française existe et s'intitule "De la performance à l'excellence".

Une fois ces aspects là consolidés, on peut passer à des compléments, comme les outils de gamifications, des concours ponctuels, de l'évènementiel autours de campagnes spécifiques, qui contribuent à renforcer le travail d'équipe et la collaboration au sein des équipes. Mais cela n'a de sens - et d'impact - que dans la mesure où l'organisation fait preuve au quotidien de confiance, d'honnêteté et de reconnaissance des contributions des individus et des équipes. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas