Les dossiers de l'Atelier

Europe : Hongrie, Suisse, le côté pile & face de la France

Depuis le 1er mai, nous sommes donc 25 ! Si les nouveaux arrivants ne représentent qu'une part modeste du marché mondial des IT, ils attisent toutefois déjà l'appétit des éditeurs, à l'instar de Sun qui pose ses premiers pas en Hongrie.

Toujours jalousement indépendante, la Suisse est fortement connectée, mais n’avance pas beaucoup du côté de son administration en ligne.

Une fois n’est pas coutume, nous commençons ce dossier « spécial Europe » par la place de la France dans l’Europe numérique : un bon côté face, mais un côté pile moins reluisant…

Par Anaïs Grassat

Côté face : la France leader de la croissance haut débit en Europe !

Par 14 mai 2004

Avec plus de 1,2 million de lignes haut débit gagnées au second semestre 2004, selon les derniers chiffres de la Commission européenne, la France affiche la meilleure croissance haut débit de l’Union Européenne devant l’Italie ...

Avec plus de 1,2 million de lignes haut débit gagnées au second semestre 2004, selon les derniers chiffres de la Commission européenne, la France affiche la meilleure croissance haut débit de l’Union Européenne devant l’Italie (1,1 million) et le Royaume-Uni (950 000). Viennent ensuite l’Allemagne (moins de 800 000) puis l’Espagne (plus de 400 000 lignes).

Cette performance permet à la France de rattraper son retard en matière de haut débit : dans l’Europe des Quinze, elle se place désormais en septième position avec 6,2 % de lignes haut débit pour 100 habitants, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne européenne de 6 %, au-dessus du Royaume-Uni (5,3 %) et de l’Allemagne (5,6 %), mais en dessous de la Suède, des Pays-Bas, de la Belgique et du Danemark qui sont chacun à plus de 10 % de lignes haut débit pour 100 habitants.

Le score de la France est d’autant plus remarquable que l’an passé, selon la Commission européenne, les accès haut débit de l’Europe des Quinze aurait progressé en moyenne de 80 %, avec un rythme de croissance nettement supérieur à celui des Etats-Unis. La cause principale de cette réussite ? Le dynamisme de la concurrence des Fournisseurs d’Accès Internet (FAI).

A noter à ce propos qu’une étude de la société britannique Quantum-Web « Broadband Benchmarks Europe » donnait la France comme le pays européen le moins cher pour les tarifs ADSL, qui représentent 70 % des accès haut débit européens.

Du côté des politiques publiques, le tableau est moins reluisant même si le dégroupage a fait des progrès, notamment en France. La Commission européenne note cependant qu’elle souhaite réviser en 2005 les stratégies nationales d’accès à Internet haut débit, en prenant en compte les nouvelles possibilités d’accès. Le Wimax ?

L’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) a fait savoir hier que malgré les nombreuses demandes qui lui sont faites elle n’attribuerait plus au fil de l’eau les fréquences 3,5 GHz qui lui sont demandées. A l’été prochain, l’ART lancera une consultation publique pour évaluer l’intérêt du marché… La France avance lentement sur ce sujet. A juste titre ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas