Les dossiers de l'Atelier

Le jeu révolutionne l'apprentissage - seconde partie

Les "jeux sérieux" empruntent l'aspect ludique des jeux vidéo pour développer des solutions de simulation à des fins d'apprentissage. L'Atelier vous dévoile l'état de l'art de la spécialité à la Serious Game Session qui s'est tenue à Lyon. Et vous propose un passage à la Game Connection, pour découvrir les nouveautés de l'univers du jeu vidéo.

Jouer permet aussi d’apprendre. C’est ce que proposent les serious games, des applications qui reprennent certains des codes des jeux vidéo traditionnels, mais à des fins éducatives. L’Atelier, qui suit le sujet depuis longtemps, s’est rendu à Lyon. La ville hébergeait en effet lundi la troisième Serious Game Session Europe. Au programme du salon : applications des serious games dans le secteur de la formation professionnelle, de la santé, de l'enseignement et de la diplomatie. Le tout dans une ambiance bon enfant, réunissant aficionados des jeux et professionnels curieux de découvrir ou d'approfondir cette nouvelle manière d'apprendre. Réservés au départ au secteur militaire – le premier serious game d’entraînement à été commandé par l’US Army il y a une dizaine d’années – les jeux d’entraînement et de simulation professionnelle investissent depuis peu le secteur de l’entreprise.
Développer des compétences par le jeu
Où ils permettent de réaliser des véritables programmes d’entraînement pour les employés, d’un point de vue technique et de développement de compétences. Mais les serious games sont aussi pour les sociétés une autre manière de communiquer. C’est le cas de L’Oréal, qui développe depuis deux ans Kérastase E-academy, un jeu visant à faire découvrir la marque aux futurs coiffeurs via plusieurs mises en situation destinées à vérifier les connaissances des étudiants. Autre champ d’application où les serious games occupent une place importante : le secteur médical. Ces jeux d’apprentissage peuvent aider à informer sur un problème de santé publique - diabète, cancer - via plusieurs applications ludiques. Mais aussi à entraîner les professionnels du secteur médical à faire face à une situation d’urgence, ou encore à sensibiliser les individus à un handicap comme la déficience visuelle, en permettant à l’utilisateur de visionner le monde de la même manière qu’une personne ayant des problèmes de vue, comme le fait Succubus.
Game Connection
Autre évènement mettant le jeu à l'honneur : la Game Connection, qui s'est elle aussi tenue à Lyon. Box privés, ambiance feutrée, l'atmosphère y était beaucoup plus studieuse. L'objectif étant de permettre aux professionnels du secteur de se rencontrer et de présenter les toutes dernières nouveautés en termes de technologies et d'usage du jeu. Avec une attention toute particulière aux environnements en 3D, aux technologies de cinématique humaine, sans oublier les produits multijoueurs ou réservés aux joueurs occasionnels, et, nouvelle tendance, les advergames.
Mathilde Cristiani
Sommaire 1ère partie :

Les serious games rendent compétents
Améliorer ses connaissances passe par la simulation
Comprendre le handicap par le jeu

Sommaire 2ème partie :

Créer un système planétaire est un jeu d’étudiants
Japon : le grand public largement touché par le quasi serious game

Sommaire 3ème partie :

Game Connection : les joueurs occasionnels, nouvelle cible des éditeurs
Game Connection : quand le corps devient manette de jeu
Game Connection : la publicité est un jeu

 L’Atelier groupe BNP Paribas

Créer un système planétaire est un jeu d'étudiants

Par 06 décembre 2007
Mots-clés : Smart city, Europe

Pour rendre l'Espace accessible aux étudiants en géologie, l'université de Lyon lance Climatus, un simulateur d'univers qui permet de créer et de gérer sa planète en fonction des prérogatives des enseignants.

Créer sa planète, puis un système solaire. C’est ce que propose l’université Lyon 1 à ses étudiants en géologie, avec Climatus, un générateur d'univers. Sur le mode du serious game, le système combine aspect ludique et éducatif. En effet, il propose aux élèves de gérer et de créer un projet autour de leur planète. Projets qui répondent à toute une gamme d'enjeux définis par les enseignants.
Un jeu intégré au cursus
Jeu oblige, chaque objectif atteint permet de gagner des points et de monter dans le jeu en possédant de nouvelles planètes. Le dispositif est proposé par Practice, le service de support technologique aux enseignants de l'université de Lyon. Ce dernier met également à disposition des étudiants en médecine un simulateur de médecine d'urgence. L'élève doit y résoudre une vingtaine de cas par an.

Entretien avec Christophe Battier, responsable recherche et développement du support technologique Practice de l'université
Lyon 1.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas