Les dossiers de l'Atelier

L'usine de paiement est la pierre angulaire d'une stratégie SEPA

L'harmonisation des paiements européens nécessite la mise en place d'une de ses plates-formes d'e-banking. Une mise en place que l'organisation des systèmes d'information peut parfois freiner...

L'harmonisation des paiements européens nécessite la mise en place d'une de ses plates-formes d'e-banking. Une mise en place que l'organisation des systèmes d'information peut parfois freiner.
 
Le 5 juin 2007, L'Atelier a organisé, en partenariat avec Axway, une conférence consacrée à l'importance à accorder à l'usine de paiement dans le cadre de la réforme SEPA (Single Euro Payment Area).
"Le SEPA devrait aboutir à la création d'un grand marché unifié pour les paiements en euro", rappelle Jean-Robert Pequeux, consultant senior Moyens de paiements chez Sopra Group. Ce, sans différence visible entre l'utilisation nationale et européenne des moyens de paiement (services, acceptation, délais, tarifs).
 
Ce grand chantier concerne les opérations de virements et débits directs, et les opérations par carte, dans les 25 pays de l'Union européenne ainsi que l'Islande, la Norvège, le Liechtenstein et la Suisse. Plusieurs milliers d'établissements financiers, la plupart des infrastructures de place et la plupart des grands remettants sont directement concernés.
 
Pour les entreprises et le grand public, c'est l'assurance de réaliser des virements et des prélèvements au même prix et dans les mêmes délais quel que soit le pays du débiteur et celui du créditeur en Europe. Les implications financières sont énormes: en France, le nombre d'opérations de paiement échangées en 2006 (hors espèces et retraits cartes) était d'environ 14,6 milliards, soit 38 millions par jour. Les conséquences techniques pour les entreprises ne le sont pas moins.

Le sommaire

Les bénéfices de l'usine de paiement
S'affranchir des problématiques de compensation nationales, centraliser ses flux de trésorerie... Que ce soit les établissements financiers ou les industriels, tous ont intérêt à passer d'une plate-forme locale à une infrastructure nationale...
Quelles usines de paiement, demain?
La centralisation des paiements demande de disposer de techniques souples et évolutives. Ce qui n'exonère pas les entreprises de garder une forte discipline organisationnelle...
La vision technologique d'Axway
Pour l'éditeur français, l'évolutivité des usines de paiement ainsi que la maîtrise de leur coût nécessite de mêler des fonctions financières avec des techniques d'intégration d'applications et de processus...
"SEPA a besoin de multiples architectes et d'une forte implication de tous les acteurs"
Pour SEPA, BNP Paribas adaptera son offre aux besoins contrastés des différents marchés pour la banque du retail en France et en Italie et pour la banque de gros dans toute la zone concernée par la directive...

Si vous souhaitez lire le compte rendu de cette conférence, cliquez ici

Les bénéfices de l'usine de paiement

Par 02 juillet 2007
Mots-clés : Digital Working

S'affranchir des problématiques de compensation nationales, centraliser ses flux de trésorerie... Que ce soit les établissements financiers ou les industriels, tous ont intérêt à passer d'une plate-forme locale à une infrastructure nationale...

S'affranchir des problématiques de compensation nationales, centraliser ses flux de trésorerie... Que ce soit les établissements financiers ou les industriels, tous ont intérêt à passer d'une plate-forme locale à une infrastructure nationale.
 
 
L'application de SEPA est d'autant plus primordiale que ses impacts sont importants. D'autant que cette déréglementation est complexifiée par des clients volatiles, par une nécessité d'investissements lourds dans un contexte de perte de PNB, et par l'apparition de nouveaux acteurs moins contraints dans les ratios de risque. D'où l'importance, pour une bonne rationalisation, de centraliser leurs flux de paiement en un point unique: l'usine de paiement.
 
Une réorganisation profonde de la gestion des moyens de paiement
 
La création d'une telle usine procure à l'entreprise de multiples bénéfices: l'affranchissement des problématiques de compensation nationales, la constitution d'une masse plus importante permettant d'obtenir une meilleure tarification, la centralisation de ses flux de trésorerie, l'harmonisation des pratiques de trésorerie ou encore une meilleure organisation. Pour obtenir cela, les corporates grands remettants, qui possèdent pour le moment une plate-forme locale et spécifique au pays de gestion des moyens de paiement, devront procéder à sa réorganisation profonde.
 
Diminuer le coût de l'argent
Le but: d'obtenir une infrastructure unique et européenne. Une fois celle-ci mise en place, le monde bancaire devrait bénéficier de nombreuses innovations technologiques et marketing, mais aussi l'ouverture vers de nouveaux appels d'offre pour le traitement des flux des grandes sociétés. Quant au monde industriel, elle lui donnera la possibilité de diminuer le coût de traitement de l'argent, de massifier les flux traités vers un nombre limité de partenaires...
(Atelier groupe BNP Paribas – 02/07/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas