Les dossiers de l'Atelier

Le marché de la publicité mobile affûte sa stratégie

Si les consommateurs se montrent plutôt ouverts au fait de recevoir des réclames sur leurs téléphones, ils sont tout autant à regretter encore des initiatives intrusives ou peu pertinentes. Autant de données enregistrées par les marketeurs qui multiplient les initiatives.

Mobile

Selon une étude récente de Juniper Research, le marché de la publicité sur mobile devrait représenter 7,4 milliards de dollars en 2017. Mais pour l'heure, il ne devrait atteindre que 2,4 milliards en 2012. Un chiffre qui reste respectable, mais qui montre que si marché il y a, il n'est pas encore sûr que l'on ait encore trouvé le moyen le plus efficace de communiquer par ce biais. En effet, la taille de l'écran et les usages liés à la mobilité, la simplicité et la rapidité, peuvent rendre les réclames aussi instructives - si elles répondent à un besoin, ou informent sur la proximité d'une promotion attendue - qu'intrusives. Ainsi, selon Trademob, il resterait difficile de mesurer véritablement le retour sur investissement des réclames diffusées via ces combinés, notamment parce que le nombre de clics accidentels serait très élevé : cela à cause de publicités mal placées ou mal conçues.

Des données de plus en plus précises sur les attentes consommateur

Les marketeurs commencent cependant à disposer de nombreuses données quant aux moyens d'atteindre le consommateur sans le perturber. Ainsi, selon MediaBrix, si les individus semblent ouverts aux applications gratuites diffusant des réclames, la majorité préfèrerait que celles-ci proposent une valeur ajoutée, pertinente par exemple avec le module qu'ils ont téléchargé. Cela, plutôt que de simples bannières. Résultat : des startup comme Kiip proposent du coup d'intégrer la publicité dans les jeux sous forme de récompenses : quand le joueur a terminé un niveau, son personnage peut recevoir une bouteille d'eau sponsorisée, par exemple. Autre moyen de communiquer : l'envoi de promotions.

Une belle croissance dans les pays émergents

Dans certains pays - comme la France -, la réception de promotions par SMS, ou via des applications, est encore loin de susciter l'engouement. La faute à un manque de pertinence, de choix du moment et de personnalisation, selon les personnes interrogées. D'où, là encore, l'émergence de sociétés comme Moasis ou TapJoy, qui proposent de l'envoi de publicités hyperlocales. A noter que le développement du marché ne devrait pas être le même partout. Là où il devrait être particulièrement sollicité ? Dans les pays émergents, souligne Yankee Group. Au Brésil, en Inde ou en Chine, autant de pays où le nombre de personnes qui accèdent principalement à Internet et à des services connectés principalement depuis un mobile est très élevé, il devrait générer 6 milliards de dollars en 2016.

Publicité sur jeux mobiles: la récompense moins envahissante que la bannière

Par 26 juin 2012
kiip

Les marques peuvent offrir des récompenses aux joueurs mobiles sur la plate-forme de Kiip. Moins envahissantes pour les joueurs, mais intégrées dans le jeu, ces publicités pourraient s'avérer plus efficaces que les bannières et autres pop-ups.

Les jeux sur mobile gagnent des parts de marché sur les jeux traditionnels sur console et les marques s'intéressent désormais aux flux de revenus générés par le jeu mobile. Pour répondre à cet intérêt, les développeurs créent maintenant de nouveaux types de récompenses en jeu qui attirent les clients grâce des incitants intégrés au jeu. La plate-forme de récompenses de jeu mobile Kiip facilite la relation entre les développeurs et les marques en intégrant des récompenses publicitaires d'un format plus agréable pour le joueur. Plutôt que des notifications ou bannières importunes, les publicités développées sur la plate-forme de Kiip apparaissent au moment où un joueur complète un niveau. Selon le fondateur de Kiip, Brian Wong, l'annonce « offre à l'utilisateur une récompense pour avoir réussi son jeu : par exemple, une bouteille d'eau minérale... ».

La croissance du jeu mobile, un canal intéressant pour les marques

La valeur de la présence des marques dans les jeux mobiles augmente rapidement : aux États-Unis, selon MediaPost, 44% des adultes jouent au moins une fois par mois, par rapport à 29% en 2011. Giordano Contestabile, de PopCap, va jusqu'à affirmer que, dans un an, le terme anglais « gaming » se référera au jeu mobile et que « tout le reste sera activité de niche. » Que ce soit vrai ou non, avec la croissance des smartphones et tablettes on se dirige clairement vers ce type de jeux. Prix réduits et jeux gratuits sont pour beaucoup dans l'intérêt de nouveaux joueurs pour les casual games. Le coût et l'accessibilité sont des facteurs déterminants, et l'intégration sociale sera certainement un facteur de développement futur.

Lorsque le timing et le type d’intégration sont bons

Avec Kiip, les marques utilisent effectivement les mécaniques de marketing communément appelées « ludification dans le jeu ». Même si cette tendance peut faire tourner la tête, elle montre simplement que le potentiel des jeux d'engagement pour optimiser l'intérêt des marques est sous utilisé. Les publicités Kiip n'interrompent pas le jeu ou n'en distraient pas : le message apparaît en dehors de l'action, ce qui peut amener les joueurs à considérer que les applications affichant le logo Kiip n'abuseront pas de la place sur leur écran et qu'ils peuvent leur faire confiance. Dans ce cas, les utilisateurs mobiles en général verront moins de bannières ou d'autres types de publicités dérangeantes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas