Les dossiers de l'Atelier

Avec le mobile, gérer sa santé se tourne vers le pratique et le ludique

Les individus recourent de plus en plus à leur smartphone ou à des appareils dédiés pour mieux se connaître et gérer des pathologies. Résultat : le rapport à la santé change. Pour certains, il s'agit désormais d'accéder à un service similaire à celui expérimenté ailleurs.

santé mobile

 

Big Data, smartphone, capteurs... Autant d'éléments qui modifient définitivement le secteur de la santé, en permettant aux individus de mieux se suivre, se connaître, prendre soin de soi. Mais aussi de vouloir se réapproprier cette partie d'eux pendant longtemps en grande partie déléguée aux professionnels du secteur. Le résultat ? Des patients qui voient de plus en plus la relation qu'ils peuvent avoir avec des entreprises liées à la santé comme identique à celle qu'ils ont avec une entreprise (ce qui sous entend la présence d'un service client). Et qui du coup deviennent friands d'applications qui leur permettent de mieux se connaître, de gérer leur santé, soit de manière très pratique, comme on gérerait son agenda, soit de manière ludique.

Insérer consommation et ludique

HealthyHeroes, par exemple, passe par le concept du jeu massivement multi joueur pour encourager l'activité physique. Les joueurs créent un avatar, qui gagne des points et de la vitalité en fonction du sport réel réalisé par l'utilisateur. Et ces applications sont tellement bien acceptées qu'elles sont de plus en plus vues aussi par les entreprises comme un moyen de participer au bien être et à la bonne santé de leurs salariés. Des solutions comme Healthrageous ou Digifit peuvent ainsi être proposées par une compagnie. Le but étant, évidemment, de réduire aussi l'absentéisme dû à des problèmes de santé. Au final, et c'est plutôt bon signe, les investissements dans les startup liées au secteur de la santé digitale se multiplient. Des incubateurs dédiés voient le jour, comme HealthXL, à Berlin, ou HealthBox.

Le médecin reste au centre

Mais est-ce qu'avec l'ensemble de ces outils, et surtout cette envie de se réapproprier leur santé, les patients ne vont pas réduire peu à peu les intermédiaires ? En effet, avec des solutions comme iBlueButton, c'est le patient qui a la main sur son dossier, actualisé en permanence, et qui le partage avec son praticien. Le but étant de lutter contre l'éparpillement des données médicales. Peut-être. Mais quoi qu'il en soit, l'ensemble de ces outils, s'ils favorisent l'autonomisation du patient, sa santé, et la multiplication de données utiles, n'a pas pour but de remplacer le praticien. Ils ne sont que des éléments favorisant la lecture d'informations, et la maîtrise de soi. Des éléments qui pourraient améliorer l'accès aux soins, donc, côté patient, mais aussi l'efficacité des soins, côté praticiens.

 

 

Le patient s'empare de son dossier médical sur son mobile

Par 09 novembre 2012
ibluebutton

iBluebutton dématérialise le dossier médical de l'individu et lui permet de le partager avec son médecin. Cette centralisation des informations médicales est essentielle pour lui permettre de réaliser un bon diagnostic.

Pour améliorer le diagnostic médical, la centralisation des données est primordiale. Humetrix, une société américaine, a mis au point iBluebutton, un outil de communication mobile à double-sens entre les patients et les médecins autour de bluebutton, un programme américain visant à donner accès au dossier médical électronique en ligne. Cette plateforme mobile comprend deux applications : l'une pour le patient et l'autre pour le médecin. Elle donne accès au dossier médical complet à tout moment au patient en utilisant l'application depuis un smartphone ou une tablette. Lors d'une visite médicale, il peut ensuite choisir de le transférer en temps réel sur l'outil mobile de son médecin grâce à la technologie bluetooth. "Cette plateforme serait une solution pour répondre au problème critique de la dispersion des données médicales du patient", confie à L'Atelier la franco-américaine et ex-médecin Bettina Experton, Présidente et CEO de Humetrix.

Un dossier médical centralisé

Même dans le domaine médical, l'adage que l'on a l'habitude d'attribuer au marketing s'applique. Il faut avoir la bonne information au bon moment. "L'important, c'est d'avoir au moment où l'on va faire un diagnostic un historique courant du passé du malade et de prévenir les maladies et les décès", explique Bettina Experton. En effet, un patient consulte aujourd'hui de nombreux praticiens et spécialistes au cours de sa vie. Ici, la technologie permet au patient d'avoir avec lui l'ensemble de ses dossiers médicaux de sa propre initiative et de les partager avec son médecin. Muni de son application sur smartphone, le patient peut accéder à l'ensemble de ses données médicales, à l'historique de ses problèmes de santé, aux diagnostics associés avec le nom de chacun des médecins, et également à la liste des médicaments prescrits. Des informations complémentaires sont disponibles comme les effets secondaires des médicaments.

La tablette, un facilitateur d'échange

Cette technologie à communication à double-sens permet certes au patient de transférer des informations à son médecin, mais ce dernier peut également échanger lui en envoyer en retour, par exemple un résumé de la visite médicale ou des images radiographies. "Une telle technologie aura un impact sur la qualité des soins, mais également sur leurs coûts de la santé en général", explique Bettina Experton. Les outils mobiles comme la tablette vont également enlever la barrière technologique. "La tablette va faciliter l'interaction humaine et l'échange d'information entre le patient et le médecin, pour la Présidente d'Humetrix. De plus, 60% des médecins américains utilisent une tablette aujourd'hui.

Ecouter l'intégralité de l'interview

Interview de Bettina Experton, CEO de Humetrix by L Atelier

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas