Les dossiers de l'Atelier

Les nouveaux modes de paiement prennent leurs marques

L'acte d'achat a été modifié par les commerces sur le web, les téléphones portables et la RFID. Pas étonnant que les moyens de payer soient également impactés. L'Atelier les détaille pour vous.

L'acte d'achat a été modifié par les commerces sur le web, les téléphones portables et la RFID. Pas étonnant que les moyens de payer soient également impactés. L'Atelier les détaille pour vous.
Exit les traditionnelles cartes de crédit "avec contact" ? Au vu des multiples nouveaux modes de paiement qu'Internet, le mobile et les technologies sans contact permettent d'envisager, voilà qui semble fort probable. Reste que la voie est encore longue, non seulement du côté des consommateurs parfois frileux face au changement, que de celui des acteurs du secteur.
Une forte dynamique d'évolution
Heureusement, les fournisseurs de technologie et les entreprises financières sont là pour accélérer le mouvement. D'un côté, la plupart des grandes banques hexagonales mettent en œuvre des tests à grande échelle. De l'autre, les acteurs de l'Internet arrivent à rendre incontournables leurs systèmes d'échange (Paypal, Moneta, etc.). Que ce soit sur le web classique ou l'Internet mobile. Autant d'initiatives qui laissent présager la généralisation effective de ces nouveaux modes de paiement.
Sommaire

Le paiement par mobile s'affranchit des opérateurs
Les solutions distinctes des portails liés aux opérateurs télécoms permettent aux fournisseurs de biens et de services sur mobiles de proposer des solutions de m-paiement plus rapides et moins chères.
Le e-paiement repousse ses limites
Paiement par code, crédit en ligne, e-carte bleue… Les nouveaux modes de paiement sur Internet s'affranchissent des difficultés traditionnellement associées au web.
Paiement sans contact : objectif Europe
Les solutions de porte-monnaie électronique sans contact émergent à travers le monde. En Europe, la technologie est émergente, et est poussée par la multiplication des initiatives chez les fournisseurs.
Le m-paiement doit être envisagé sur le long terme
Des problèmes actuels d'interopérabilité et de complexité freineront temporairement le développement du paiement par mobile. Le système devrait se révéler intéressant à plus long terme.
La route vers des paiements simplifiés est semée d'ignorance
Des freins culturels freinent l'émergence des nouveaux modes de paiement. La formation des consommateurs et une plus forte implication des banques et commerçants pourraient en venir à bout.

Le e-paiement repousse ses limites

Par 12 novembre 2007

Paiement par code, crédit en ligne, e-carte bleue… Les nouveaux modes de paiement sur Internet s'affranchissent des difficultés traditionnellement associées au web.

Plus de 50 milliards de dollars devraient être dépensés sur la Toile pour Noël en Europe, selon Forrester. Autant dire que le paiement sur Internet est largement entré dans les mœurs. En marge de ce succès, certains problèmes demeurent qui empêchent le marché de prendre encore plus d'ampleur. Premier écueil : la sécurité. Car le Net a automatisé la fraude. Les principales peurs étant la réalisation d'achats avec une carte volée ou avec un numéro de carte détourné lors d'un précédent paiement virtuel. D'où la nécessité pour les banques, les fournisseurs de solutions de paiement et les négociants de mettre en place de nouveaux systèmes de transactions plus sûrs. Plusieurs sociétés proposent désormais des systèmes de paiement en ligne qui permettent d'effectuer des achats sans communiquer son numéro de carte bancaire.

Mise en place de plates-formes relais

Des plates-formes de débit qui se veulent une solution imparable contre la fraude. Moneta, par exemple, lancée par d'anciens acteurs du secteur bancaire, revendique cette appellation. Le site propose à l'internaute de se créer un compte, d'y indiquer son numéro de carte pour permettre au site d'effectuer les débits, puis d'acheter en ligne en inscrivant seulement un code PIN sécurisé. Et il semble que le système marche : d'autres sociétés comme ClickandBuy proposent des dispositifs équivalents. Des systèmes qui s'inspirent de celui de la e-carte bleue mis en place depuis plusieurs années par certaines banques comme la LCL, et qui attribuent à leurs clients un numéro de carte différent pour chacun des achats effectués en ligne. Enfin, si la vente de produits culturels, voire de voyage, fait fureur en ligne, certains internautes aux finances modestes ne peuvent acquérir sur Internet des produits dépassant une certaine somme.

Elargir le marché en ouvrant le e-paiement au crédit

Pour élargir le marché, PayPal a ainsi lancé aux Etats-Unis la solution PayLater, qui permet aux consommateurs d'acheter le produit de leur choix sur un site marchand, puis de régler en quatre fois sans frais. La société de paiement réglant directement le commerçant puis récupérant ensuite la somme auprès de l'internaute sous la forme de crédits. Autre bébé de la firme : Express Check Out, qui permet à un détenteur d'un compte PayPal d'acheter sur un site d'e-commerce sans inscrire aucune information personnelle, celles-ci étant fournies directement par le spécialiste du paiement en ligne. Selon Stéphane Kasriel, DG France du groupe, "ce service ultra rapide permettra de réduire le temps des transactions, parfois tellement lent qu'il pousse la moitié des internautes à interrompre leur processus d'achat". En diminuant le nombre d'abandon, le système devrait, estime le P-DG, faire également baisser le coût d'acquisition par client. Et donc d'encourager un plus grand nombre de commerçants à se tourner vers le Net. Reste à voir si cette équation parlera aux e-commerçants.

Mathilde Cristiani 

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas