Les dossiers de l'Atelier

Paris : le grand prix Paris Innovation récompense la rupture musicale

Da Fact remporte le concours conçu et organisé par Paris Développement avec un instrument de musique inspiré et dédié à la musique électronique. L'Atelier vous présente sa sélection, en vidéo.

Choisir entre un ciment révolutionnaire, un langage informatique intégrant sa propre base de données et son serveur web, une nouvelle forme de création musicale. Trois ruptures sur des domaines totalement différents. Il fallait pourtant choisir pour décerner le Grand prix de Paris Innovation 2007. C'est Da Fact et son objet de création sonore qui a remporté la majorité des suffrages du jury composé par Paris Développement, dont L'Atelier faisait partie. Les autres projets étaient également de haut niveau : systèmes de rééducation mêlant robotique et réalité virtuelle (ASistMOV), système pour dépenser des chèques cadeaux sur Internet (Limonetik), outil de mesure de la valeur des contributeurs sur le web (Alenty), ou encore nouveau procédé industriel pour adapter la pharmacopée aux maladies infantiles (O4CP).
Quatre projets en vitrine
L'Atelier s'est attaché à quatre projets. Celui du vainqueur, bien évidemment mais aussi celui de ML State, d'ASistMOV et de Limonetik. MLstate parce que son nouveau langage pour coder des applications web promet des temps de développement réduits avec une qualité exceptionnelle. Quant à ASistMOV, nous l'avons retenu du fait de ses trois produits (bientôt quatre) qui mêlent deux tendances majeures de ce début de siècle : robotique et réalité virtuelle. Enfin Limonetik, qui promet grâce à une technologie innovante de bouleverser le marché du chèque vacances.
La rupture SAS Mineastone
Il n'est évidemment pas possible de prédire le succès de ces entreprises, mais elles sont en tous cas représentatives des différents styles d'innovations que l'on peut trouver en France. Nous aurions bien aimé pouvoir faire rentrer le béton de SAS Mineastone dans la case High Tech : cette entreprise veut commercialiser un ciment qui serait idéal pour la construction de villes et de maisons intelligentes. C'est-à-dire dont les infrastructures (routes, murs, ponts, etc.) contiennent des capteurs, des fibres... Bref, tout ce qui peut rendre l'objet communiquant.

Sommaire

Le vainqueur : Da Fact

Par 13 décembre 2007
Mots-clés : Future of Retail

L'objet musical inventé par Remy Dury en collaboration avec Bernard Garabedian est le premier instrument créé spécifiquement pour la musique électronique. Il embarque nombre des dernières technologies en vogue.

Un mat de bateau scié, un tube avec de la couleur. Carl, l'instrument de Da Fact - inventeur de la "lutherie électronique multimédia" - dans sa v2 a un aspect bizarre. Aspect qu'il devrait perdre grâce à la touche du designer Patrick Jouin (créateur du nouveau mobilier parisien), qui planche sur la v3. v3 qui devrait voir le jour au premier semestre 2008. Ce qui ne changera pas, c'est l'incroyable assemblage de technologie que l'instrument embarque : mécatronique, boussole numérique, communication sans fil, capteurs, système de stockage. Le tout dans le respect du standard MIDI.
Recomposer sur de la musique électronique
Avec tout cela, l'instrument donnera au musicien les moyens de scratcher, faire varier, jouer, compléter en direct des morceaux musicaux stockés sur le disque dur de son ordinateur. Seul regret : il n'est pas encore prévu de relier l'instrument à une console de jeu. La diffusion d'une telle interface homme machine donnerait un coup de vieux à la Wii… Nous n'avons pas obtenu le droit de vous montrer l'instrument. Pour patienter, entrevue avec Sir Alice, une musicienne, performeuse et chercheur en science cognitive qui prépare un concert solo avec l'instrument de Da Fact.
Sir Alice

Cette création se fera au Théâtre National de l'Agora d'Evry le 12 avril 2008.

L'Atelier, Groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas