Les dossiers de l'Atelier

[Salon du Livre] La numérisation du livre transforme le comportement des acteurs du marché

A l'occasion du Salon du Livre, le regard de L'Atelier sur les transformations que connaît le marché du livre, mais aussi l'impact du numérique dans la conception même de l'écriture et du sujet.

numérisation du livre

L'ère informatique puis l'ère numérique ont modifié le comportement des éditeurs comme des écrivains. Certains auteurs des soixante dernières années ont été attentifs aux changements technologiques, parfois abrupts, qu'a connu le monde entier. L'arrivée de l'ère numérique, il y a trente ans, ne les as pas laissés indifférents, et nombreux sont ceux à avoir exploré les voies du progrès technologique. Programme sensible, le dernier roman d'Anne-Marie Garat, que nous évoquions dans un récent billet, est l'un de ces récits où le dialogue s'installe entre l'homme et la machine.

Bouleversements dans le secteur éditorial

L'ère numérique a aussi bouleversé la manière dont les maisons d'éditions réfléchissent par rapport aux textes. Le marché du numérique n'est pas florissant en France pour un grand nombre de raisons, et l'exception culturelle française en est la plus connue, car elle fournit une explication simple à tout un ensemble de facteurs. Dans le monde anglo-saxon, en particulier aux Etats-Unis, l'arrivée du livre électronique a transformé les voies de diffusion et d'édition du livre, et le ecommerce règne sur le secteur du livre. Certaines startups, comme Leanpub, n'ont d'ailleurs pas hésité à s'engouffrer dans une voie toute tracée par Internet : permettre à des auteurs de publier des ouvrages en cours d'écriture.

L'auto-édition, initiative qui ne cesse de progresser

Pour certaines maisons d'édition, multiplier les offres à compte d'auteur, une édition du livre où l'auteur doit prendre en charge les frais d'impression et de diffusion de son ouvrage, se révèle souvent être une escroquerie à peine déguisée. En fin de compte, une solution abordable pour certains auteurs est l'auto-édition. Ce qui ne remet pas en question la maison d'édition en soi : ce que rappelle Jean-Claude Dunyach, l'un des pionniers dans ce domaine. S'occuper soit-même de la diffusion de son ouvrage, par contre, est un futur envisageable pour le marché de l'édition.

[Salon du livre] Lorsque écrire un livre devient une entreprise commerciale

Par 20 mars 2013
Livre

Le livre est une startup. Comme toute entreprise, il est destiné à la rentabilité. Sauf que...

Selon le manifeste de Lean Publishing, une startup canadienne, le processus créatif qui mène à la création d'un livre et d'une startup sont similaires. En effet, puisque le projet est conçu discrètement, l'écriture étant une activité solitaire, il serait très facile de produire un contenu dont personne ne voudrait. Ce serait un échec commercial irrémédiable. Grande mécène des arts, la compagnie nord américaine a toutefois trouvé la solution qui manquait aux écrivains, en considérant que les livres sont comme des startups, des produits destinés à la rentabilité.

La startup propose avant tout des manuscrits en cours d'écriture. Ils sont mis à jour au fur et à mesure par l'auteur et par les retours envoyés par les lecteurs. Dans l'idée, Lean Publishing propose un réseau social qui permet à un auteur de s'adapter facilement à la demande de ses lecteurs, et de rapidement toucher de l'argent sur un livre qu'il n'a pas achevé – une pratique étrange pour nous, Français, mais aux Etats-Unis ou au Canada, un écrivain peut être payé avant même d'avoir écrit un seul mot, même chez les grands éditeurs.

Reprenons. Lean Publishing est une entreprise (on ne lui accordera pas le statut de maison d'édition) qui récupère des manuscrits incomplets qu'elle revend à des lecteurs qui, s'ils le désirent, pourront s'occuper des corrections. Quant à la couverture de l'oeuvre, à l'auteur de se débrouiller. Lean Publishing est donc une parfaite réussite en matière d'édition à bas prix : pas de corrections, pas de couverture, pas d'impression.

Là où le bat blesse, c'est que pour l'auteur, des communautés existent déjà pour lui fournir des retours précis. Groupes d'auteurs, amis, cercles de lecteurs, on en trouve très facilement sur Internet comme dans la vie de tous les jours. Lean Publishing parvient à faire vendre ce que l'auteur pourrait trouver gratuitement, en lui faisant miroiter la possibilité de devenir riche et célèbre. Car, oui, selon le manifeste de cette startup, un écrivain travaille afin d'obtenir la richesse et la gloire. Le livre est une startup, souvenez-vous en, nous le disions dès le début. Le livre est un produit comme un autre. Pour le premier point, c'est encore à prouver. Pour le deuxième, autant se tourner vers un secteur plus fructueux que l'écriture. Les auteurs renommés pour leurs qualités littéraires ne sont pas légion, et l'Histoire fourmille d'auteurs oubliés – et ce, certainement à raison. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas