Les dossiers de l'Atelier

Silicon Valley : Investissements, rercherche sur Internet et P2P

Quelle année ! 2004 aura redonné un peu de goût d'entreprendre à la Silicon Valley...

Des IPO historiques (Google, seconde plus importante introduction en bourse de société Internet), des créations d'entreprises (l'investissement dans la Valley retrouve son niveau d'avant la bulle), des méga fusions (Oracle-Peoplesoft, Sprint-Nextel, Symantec-Veritas), un marché Internet qui arrive à maturité et une économie américaine qui est repartie sur des fondamentaux relativement sains (portée par la consommation et les investissements). De quoi rendre les fêtes de Noël joyeuses du côté de San Francisco, notamment dans les centaines de familles devenues millionnaires grâce à Google et à quelques autres…

La vidéo : nouveau jardin d’Eden du Peer to Peer

Par 07 janvier 2005

2004 aura certainement été l'année de l'arrivée à maturité du Peer to Peer. Les échanges de fichiers de toutes natures représentent aujourd'hui une large majorité de la bande passante de l'Internet, et le déploiement rapide du haut débit dans tous les pays développés...

2004 aura certainement été l'année de l'arrivée à maturité du Peer to Peer. Les échanges de fichiers de toutes natures représentent aujourd'hui une large majorité de la bande passante de l'Internet, et le déploiement rapide du haut débit dans tous les pays développés a fortement contribué au phénomène.
Après la création des logiciels d'échange de fichiers, comme Napster autrefois ou Kazaa et Bit Torrent aujourd'hui, l'engouement pour les lecteurs MP3, c'est l'arrivée et la diffusion d'offres légales de musique en ligne qui aura marquée l'année. Largement dominée par Apple, son iPod et iTune Music Store…pour le moment.
Tous les grands ont fait des annonces en 2004 (Yahoo ! et Microsoft en tête) et l'année 2005 devrait être une guerre de services, de communication et – c'est à espérer – de baisse des prix. Au grand dam des majors du disque, qui ont multiplié les procès et les actions en justice, sans effet notable. Nous avons très largement analysé ces grandes tendances sur le site de l'Atelier tout au long de l'année.
En 2005, ce sera sans doute au tour de la vidéo d'entrer sur le devant de la scène. Sous l'effet conjugué de quatre grandes tendances :
1) L'engouement pour le P2P et le développement de logiciels de plus en plus puissants. Avec un enjeu : le positionnement des moteurs de recherche sur le sujet.
L'engouement pour le Peer to Peer ne se dément pas. Et le déploiement rapide de Bit Torrent, qui permet d'accélérer et de fluidifier le chargement de fichiers lourds, répond à un besoin de plus en plus avéré : on ne télécharge plus seulement de la musique (fichiers assez légers, surtout avec des connexions hauts débits), mais de plus en plus des images, des vidéos et des films (qui sont nettement plus lourds).
Hollywood ne s'y est d'ailleurs pas trompé, puisque la MPAA (association des studios de cinémas d'Hollywood) s'est attaquée avec succès à deux sites de liens vers des fichiers Bit Torrent de films (SuprNova.org et Youceff.com), avant d'annoncer mi-décembre qu'elle s'attaquait à LokiTorrent, un des principaux sites de liens vers des fichiers Bit Torrent.
Le positionnement des moteurs de recherche sur le recherche de vidéo devrait apporter l'outil complémentaire au Peer to Peer. Car avant de télécharger des films ou des vidéos, il faut les trouver….Où trouver les images que l'on recherche ? Or, si les mots sont aujourd'hui bien indexés par les moteurs, il n'en est pas de même pour l'image. La demande est là et déjà les internautes californiens s'échangent les derniers trucs pour se tenir au courant de l'apparition sur le réseau des séries dont ils sont friands.
L'association de Bit Torrent et des fils RSS est un des usages qui se développe. Mais c'est encore très empirique et tous les moteurs de recherche de la Valley travaillent à des techniques d'indexation de la vidéo. Un grand chantier pour 2005, et le premier qui sera capable de prendre position aura certainement un avantage compétitif décisif auprès des « early adopters » que sont les télechargeurs.
2) L'apparition d'offres de téléchargement payant , conjuguée au développement de la vidéo à la demande.
Tous les grands acteurs cherchent aujourd'hui à se positionner sur ce marché émergent, qui peine encore à trouver sa voie. C'est évidemment vrai des fournisseurs de contenus, et notamment des grands medias et des majors d'Hollywood. Mais c'est également le cas des constructeurs de matériels, qui multiplient les offres de lecteur de DVD avec disque dur intégré.
Dans la Silicon Valley, deux acteurs ont un rôle à part et ont signé un accord stratégique au cours du deuxième semestre 2004 : TiVo et Netflix . L'idée est simple : Netflix, créé dans la Silicon Valley, a mis en place un système de location de DVD par abonnement et par voie postale. Le service, qui a été repris en France il y a deux ans, connaît un très grand succès aux Etats-Unis. De son côté, TiVo est une société californienne qui construit des appareils qui vous permettent de regarder toutes vos émissions préférées en différé et sans publicité. Bref, de faire vos programmes à la carte…Nous ne sommes pas très loin de la vidéo à la demande.
L'association des deux doit permettre à Netflix de diffuser via TiVo ses films, et de s'affranchir ainsi de l'élément le plus coûteux de son système de distribution : la logistique et les frais postaux. Le service devrait être lancé fin 2005 selon les deux sociétés, qui travaillent aujourd'hui aux aspects techniques et à la construction de leur offre.
Les premières expériences de vidéo à la demande, notamment à Hong Kong, ne donnent pas encore d'excellents résultats. Mais, au fur et à mesure que les usages deviendront plus matures et que les business model s'ajusteront (notamment sur un bon modèle de facturation et d'abonnement, avec une prime certaine au Pay Per View), le marché devrait s'ouvrir. Et on attend probablement pour 2005 les premiers services de téléchargement payant de films sur Internet. Apple aurait-il des projets en ce sens ? A suivre…
3) L'apparition de baladeurs numériques capables de lire également de la vidéo.
Ces appareils existent déjà et connaissent un succès croissant. La société française Archos en produit depuis plusieurs années. Archos a d'ailleurs signé un partenariat stratégique avec le groupe californien de télévision par satellite Echostar qui a pris 25 % de son capital le 27 décembre. Une fois encore, c'est la question des business model qui se trouve posée, derrière une étonnante association entre un diffuseur de contenu et un producteur de matériel.
Tous les analystes attendent l'arrivée des poids lourds du secteur en 2005. Apple en tête bien sûr, qui a quelque peu déçu avec son iPod Photo . Le leader du marché ne peut pas ignorer la demande qui est là et devrait certainement annoncer des nouveaux produits au cours de l'année 2005. Le Mac World qui aura lieu courant janvier à San Francisco sera suivi avec intérêt sur ce sujet par tous les observateurs. Mais tous les constructeurs vont s'y mettre, et Sony et Samsung font figure de challenger crédibles. A suivre très attentivement dans les colonnes de l'Atelier cette année.
4) Les développements de la téléphonie mobile de troisième génération (3G)
Ca y est, depuis la fin de l'année en France, la 3G se développe. Les Etats-Unis sont partis avec un peu d'avance, avec des technologies encore hétérogènes : 3G pour certaines zones et certains opérateurs, Edge pour d'autres opérateurs et avec une couverture plus large. Ce qui est certain, c'est que la vidéo est une des "killers applications" de la 3G et qu'elle contribuera très largement à la diffusion rapide de cette technologie.
Au delà de la visiophonie, franchement convaincante, c'est la possibilité de regarder télévision, vidéo, films sur son téléphone qui est bluffante. Le débit est excellent, et, malgré la taille de l'écran, le résultat en situation de mobilité est très satisfaisant. Une manne potentielle pour les opérateurs, qui deviennent diffuseurs de contenus. Et des usages et des formes de contenus qui vont progressivement s'adapter. De nombreuses sociétés de la Silicon Valley se positionnent sur ces créneaux, et elles sont observées avec une grande attention par tous les acteurs, prêts à sortir leurs carnets de chèques pour procéder à des acquisitions…
2005 sera sûrement l'occasion de confirmer l'importance de ce marché, et sans doute aussi d'affiner les modèles économiques qui peuvent les sous-tendre. Car il y a bien là un nouveau jardin d'Eden….Et, encore une fois, il n'est pas certain que ce soit du côté des maisons de production qu'on en tire le plus grand profit. Décidément, en Californie, rien ne va plus entre Hollywood et la Silicon Valley. Alors, quels sont les acteurs qui seront se positionner ? Bilan à faire fin 2005 !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas