Les dossiers de l'Atelier

Les start-up changent la perception des cinq sens

Transmettre l’odorat, le toucher, le goût, transformer la vision avec une réalité augmentée ultra-réaliste, changer la perception de l’environnement sonore… les start-up touchent à tous les sens. Pour les bouleverser.

Magic Leap veut changer la perception du monde

La start-up californienne Magic Leap promet d’ajouter un peu de magie dans la perception du monde de ses futurs clients. Plus que la vision, le casque de réalité augmentée compte également changer le toucher en permettant des hologrammes tactiles. D’autres travaillent à transmettre les odeurs, le toucher voire même le goût. De son côté la jeune entreprise Doppler Labs entend changer la façon dont ses utilisateurs perçoivent les sons qui les entourent. En définitive, c’est un peu la façon dont les cinq sens sont actuellement envisagés qui pourrait en être bouleversée.

 

image : Magic Leap

Doppler Labs permet le contrôle de l'environnement sonore avec un «hearable»

Par 13 juillet 2015 1 commentaire
Hearable

À l’aide d’une paire d’écouteurs et d’une application smartphone, la start-up Doppler Labs veut permettre à ses clients d’augmenter, diminuer ou purement supprimer les sons qui les entourent.

Nul ne peut nier que les nuisances sonores constituent l’un des grands maux de notre époque, du camion-poubelle qui réveille le quartier à six heures du matin au bébé qui hurle dans un wagon de TGV, en passant par le bruit de la circulation ou des travaux publics. Un problème d’intérêt général auquel une jeune start-up, Doppler Labs, pourrait bien apporter une solution définitive, sous la forme d’une paire d’écouteurs sans fil et d’une application smartphone.

L’ensemble permet ni plus ni moins à son porteur de contrôler son environnement auditif, augmentant, diminuant ou même supprimant à loisir le volume sonore environnant. Un voisin qui écoute de la musique à plein volume ? Un geste sur l’application et le calvaire prend fin immédiatement. Au contraire, si à travers les murs les notes ténues d’un morceaux intéressant se font entendre ? Une simple manipulation permet d’en bénéficier à plein volume.

© Doppler Labs

Mieux : il est possible de sélectionner le ou les sons dont l’on souhaite augmenter le niveau, et celui ou ceux que l’on veut atténuer ou supprimer. Ainsi, un mélomane frustré par le trop gros volume des basses à un concert de son groupe préféré pourra diminuer la puissance de ces dernières et accroître le volume des autres instruments. Autant d’usages que de situations possibles. On pourrait même imaginer une application médicale, à destination des malentendants, bien que les fondateurs affirment que leur invention, qu’ils désignent par le néologisme “hearable”, n’a pour l’heure pas été conçue à cet effet.

Le produit, nommé Here active listening system, a brillamment bouclé sa campagne sur Kickstarter en juin, réunissant plus de 600 000 dollars. Une somme importante, mais une bagatelle en comparaison des 17 millions de dollars que la start-up vient de lever auprès de différents investisseurs, dont Wildcat Capital Management et Acequia Capital. À long terme, les fondateurs rêvent de créer une sorte de Google map sonore, qui permettrait à l’application de repérer les différentes sources de bruit autour de l’utilisateur et de s’adapter automatiquement pour maximiser son confort auditif.

Haut de page

1 Commentaire

C'est une des inepties des pires que je n'ai vu et lu jusqu'à maintenant. Vouloir gérer l'environnement sonore par des filtres auditifs rersonnels, des coupures et atténuations, via une attitude d'enfermement autistique, est vraiment marcher sur la tête, ou plutôt sur les oreilles. On va à l'encontre de tout bon sens qui consiste à apprendre à écouter, à juger de de qui est ou n'est pas nuisance, à réfléchir et à penser ensemble sur les causes, les effets, le social, le collectif, la notion d'esthétique... On oublie de traiter les nuisances à la source... Bref, il faut veiller à ne pas succomber à l'appel des sirènes aussi hi-tech que sclérosantes, qui visent plus un marché qu'un réel bien-être. Désolant !

Soumis par Gilles Malatray - Desartsonnants (non vérifié) - le 13 juillet 2015 à 12h07

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas