Les dossiers de l'Atelier

Technologie et énergie, des secteurs de plus en plus inter-dépendants

Envisager l'utilisation de plus en plus importante d'appareils divers et complexes signifie améliorer l'efficacité énergétique. Inversement, les énergies durables dépendent de solutions technologiques pour prendre de l'ampleur.

Ampoule

A l'ère du numérique, du développement durable et du respect de l'environnement, la question de l'énergie prend tout son sens. Et comment pourrait-il en être autrement ? Nécessité de développer l'industrie d'un pays, développement important des technologies et croissance de l'utilisation de smartphones ou de tablettes aux fonctions multiples et complexes sont autant de facteurs qui impliquent une énergie abondante, à bas coût et respectueuse de l'environnement. De la même façon, les objets, aussi divers soient-ils, seront à l'avenir tous connectés et interconnectés, et il sera nécessaire de faire face à une  augmentation des flux de personnes et des marchandises, donc du transport et de l'énergie nécessaire. Et plus loin, la mobilité par exemple, accompagnée par des technologies de plus en plus diversifiées, nécessite de faire gagner en autonomie les appareils. Une des solutions envisagée est de faire que les appareils ne soient pas gourmands en énergie. En ce sens, la technologie, pour être efficace, a besoin de voir s'améliorer l'efficacité énergétique, qui lui permet de fonctionner, et surtout de tirer le maximum de bénéfices en ne limitant pas ses capacités.

L'efficacité énergétique passe par la technologie

Dans le même temps, nous ne sommes pas encore en mesure de stocker l'énergie à grande échelle. Ni même de l'utiliser au bon moment. C'est le cas des énergies renouvelables, comme l'énergie éolienne qui est soumise aux conditions climatiques. De sorte que, si une éolienne ne peut servir presque immédiatement, l'électricité est perdue. D'où un travail important sur de nouvelles technologies ou de nouvelles infrastructures indispensables, cette fois, à l'amélioration du secteur de l'énergie. C'est le cas des réseaux intelligents qui devraient permettre d'améliorer la rencontre de l'offre et de la demande, en faisant tomber les barrières de la distance entre le lieu de production et le lieu de consommation, diminuant de fait le gaspillage. Mais également des tentatives menées sur divers fronts dont l'objectif est une gestion intelligente de sa consommation d'électricité, jusqu'au développement en crowdsourcing pour améliorer les compteurs électriques intelligents. Bref, l'efficacité technologique est au service de l'efficacité énergétique, elle-même au service de la technologie.

Pour économiser les batteries mobiles, allégez le code des sites mobiles

Par 20 avril 2012
code sur écran

Sur mobile, l'expérience utilisateur est parfois gâchée par des temps de chargements trop longs mais aussi une autonomie réduite. Des chercheurs ont découvert que le code même de sites mobile consommait de l'énergie.

 

L'avenir du business est au mobile. Encore faut-il que l'appareil mobile concerné fonctionne bien. Or, outre le temps de chargement ou d’affichage, la lourdeur des sites mobiles fait également souffrir la batterie des appareils qui perdent en autonomie. Une équipe de chercheurs de l’université américaine de Stanford et de Deutsche Telekom ont découvert que le code informatique même de certains des sites mobiles les plus en vues étaient cause d’une consommation excessive d’énergie. Ils ont ainsi testé sur un Android Developer Phone 3G, connecté au réseau Deutsche Telekom, les versions mobiles de 25 sites dont Facebook, Amazon, Gmail, AOL, eBay, BBC, Wikipedia, WSJ.com (le Wall Street Journal) ou encore CNN.com. La consommation d'énergie a été évaluée avec un multimètre de haute précision. A partir d'un premier test, il a été établi que 1% de la batterie pleine représente 32,84 joules.

L'impact des CSS

La page d'accueil de Apple.com est de loin la plus consommatrice. C'est en partie due au fait que le site n'a pas de version mobile et que la page en question déploie un fichier image pas du tout adapté pour les écrans de taille réduite; l'appareil doit la recalculer pour qu'elle s’affiche correctement. Les images, le code Javascript mais aussi la mise en page avec les feuilles de style CSS pèsent lourd. Tous les sites qui privilégient le CSS pour leurs mises en page (comme Yahoo!, Microsoft, Picasa) provoquent une hausse de consommation d'énergie par rapport à l’usage de l'HTML. Les chercheurs notent que beaucoup de pages comportaient du code inutilement complexe voire parfois inutilisé comme sur la version mobile de Wikipedia. Ils ont alors entrepris de réécrire certaines pages. Ils ont par exemple pu réduire la consommation d'affichage du site mobile de Apple de 5 joules et la consultation de Wikipedia de 10 joules.

Des sites développés pour la rapidité

Cette étude témoigne en fait de ce que les sites mobiles, a fortiori les sites censés générer du "business", sont développés dans une optique de rapidité d’affichage et d'esthétisme. Pas avec la préoccupation de préserver la batterie. Or, l'autonomie est garante d'un usage prolongé, d’un plus fort trafic et donc d'une meilleure expérience client. Penser à la consommation d’énergie est donc primordial, d’autant plus que l'affichage des publicités, lui, n'est pas en cause: les chercheurs ont découvert que sur tous les sites testés, les annonces étaient constituées de petits fichiers JPEG ayant un faible impact sur la consommation d’énergie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas