Les dossiers de l'Atelier

Quand les technologies - existantes ou à venir - élaborent la ville de demain

Pour répondre aux défis du XXIe siècle, architectes, villes et scientifiques collaborent pour développer les solutions technologiques de la cité urbaine intelligente.

C’est dès aujourd’hui que la ville du futur se pense. Écologie, géopolitique, sociologie, handicap... : les enjeux auxquels elle devra répondre sont nombreux. Conscients du défi commun qui les attend, les villes collaborent pour exporter les solutions technologiques déjà trouvées en réponse à des problématiques spécifiques. Les universités aussi mettent en commun leurs projets et se regroupent dans des centres de recherches entièrement dédiés au sujet. Dans un même esprit des chercheurs finlandais misent sur l’open source pour développer leur architecture de ville ubiquitaire.
Une politique de petits pas
En parallèle, des projets grandioses et futuristes naissent de l’esprit d’architectes inspirés. Comme cette ville flottante destinée à accueillir les réfugiés climatiques. Mais construire une cité intelligente ne passera d’ailleurs pas forcément par de grands projets hors normes. IBM aime à rappeler que les technologies existantes sont déjà porteuses de promesses. À condition de les exploiter. Parmi les technologies les plus en vue pour rendre la ville intelligente, le mobile se taille la part du lion. Les technologies vertes ne sont évidemment pas en reste. Une chose est sûre : la ville de demain sera durable ou ne sera pas.

Un concours pour favoriser la collaboration technologique entre communes

Par 02 novembre 2009

Living Labs Global propose aux villes avec un projet d'aménagement de disposer des solutions technologiques développées dans une autre ville sur la même problématique. Ce, par le biais d'un concours.

Actuellement, la plupart des villes dans le monde travaillent de manière isolée à trouver des solutions à des problèmes urbains identiques", explique à L’Atelier Sascha Haselmayer, directeur général de Living Labs Global. "Les mêmes solutions sont donc réinventées de nombreuses fois". C’est pour mettre fin à ce paradoxe que l’ONG danoise organise un concours, en collaboration avec neuf villes de par le monde*. L’objectif est de mettre en relation les cités ayant une problématique précise et les entreprises proposant des solutions innovantes. Sans se limiter aux acteurs locaux et de manière transparente. Les thématiques abordées sont larges : gestion des eaux, inclusion sociale, tourisme numérique, service urbains...
Le mobile très en vue
Par exemple, une ville portugaise s’est fixée pour objectif de réduire sa consommation d’eau de moitié. Une des solutions proposées a été d’employer des capteurs pour déterminer quelle quantité d’eau attribuer à chaque plante dans les espaces verts de la ville. Une solution qui pourrait aisément être utilisée ailleurs. "Dans les villes du sud et en particulier en Afrique, le fait d’entretenir des espaces verts est un vrai défi", souligne Sascha Haselmayer. Le téléphone portable apparaît comme une des technologies les plus en vue. De nombreuses solutions s’appuient sur les possibilités offertes par l’Internet mobile pour proposer des services liés au transport, au tourisme, ou même à la santé. Le processus du concours est divisé en trois étapes : dans un premier temps, les entreprises ou les organismes publics ayant développé une solution innovante soumettent une courte description de celle-ci.
Les critères de choix
Un jury d’experts se réunira ensuite pour évaluer les solutions en fonction de trois critères. "Le premier concerne le caractère novateur du service proposé, que ce soit du point de vue technologique ou de son modèle d’affaires", explique Sascha Haselmayer. Son impact est ensuite évalué, en regardant le rapport coût / bénéfice. Enfin, le jury étudiera le marché potentiel. "Plus une solution sera transposable dans d’autres villes du monde, plus ce sera intéressant", argumente le directeur général. Les résultats définitifs seront présentés en février 2010, les vainqueurs seront invités à développer un pilote de leur solution dans la ville qui les aura sélectionnée.
* Chicago, Taipei, Barcelone, Stockholm, Eindhoven, Sant Cugat, Caceres et La Selva

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas