Les dossiers de l'Atelier

Le virtuel a aussi sa bulle - 2ème partie

L'Atelier continue son tour d'horizon ludique et business des possibilités offertes par les univers numériques. Cette semaine, le virtuel se met au service des marques...

L'Atelier continue son tour d'horizon ludique et business des possibilités offertes par les univers numériques. Cette semaine, le virtuel se met au service des marques.
Un événement consacré à la communauté Second Life la semaine prochaine, une conférence entièrement dédiée aux univers virtuels en octobre... Les univers virtuels sur Internet sont au centre de toutes les attentions. Pourtant, ils ne datent pas de ce siècle. La première version de "Le Deuxième Monde", l'univers virtuel de Canal + a été lancé au milieu des années 90.Quant à Linden Lab, créateur de Second Life, il s'est lancé en 1999.
 
Quand le marketing s'empare des autres mondes
 
Pourtant on n'a jamais autant - trop diront certains - entendu parlé de 3D sur Internet et de mondes virtuels. Tout le monde a le sien. Avant que cette folie actuelle ne débouche sur l'utilisation raisonnée de ces technologies, L'Atelier fait un petit tour d'horizon ludique de ce qu'elles peuvent apporter aux professionnels de la communication et du markerting.
 
Vendre des voitures et des poupées
Car eux s'en sont déjà emparées. Que ce soit pour fidéliser les petites filles - Barbie et Bratz -, pour vendre des voitures aux trentenaires, faire venir les amateurs de photo sur un site de développement, ou encore, montrer que l'on innove aussi bien dans le monde mécanique que dans le monde virtuel (voir la vidéo de la banque néerlandaise ING et Renault F1).
 

 

Le sommaire :

La voiture devient un univers en soi
Pour vendre sa gamme Scion, Toyota Motor Sales a choisi de s'afficher dans l'univers There.com. Il est désormais possible de visiter l'intérieur de ces voitures, qui font également office de night-club...
Les outils marketing s'adaptent aux mondes virtuels
Les univers virtuels attirent les marques. Ces dernières disposent maintenant d'outils d'analyse du comportement pour y améliorer leur politique marketing, à l'instar des logiciels conçus pour les sites web classiques...
Le concours est aussi une arme de v-marketer
Spécialisé dans le développement de clichés numériques, Foto.com tente de fidéliser les avatars en lançant un concours de photos virtuelles dans Second Life...
Les poupées se mettent à l'heure du Net
Barbie - comme sa compétitrice Bratz - a désormais son propre univers virtuel. Son originalité ? Il fonctionne de concert avec un système de stockage multimédia...

Déjà paru : 
Les mondes virtuels et l'entreprise
A venir dans les prochaines semaines :

Les outils disponibles

Les opportunités business et financières

L'insolite

La voiture devient un univers en soi

Par 20 août 2007
Mots-clés : Future of Retail

Pour vendre sa gamme Scion, Toyota Motor Sales a choisi de s'afficher dans l'univers There.com. Il est désormais possible de visiter l'intérieur de ces voitures, qui font également office de night-club...

Pour vendre sa gamme Scion, Toyota Motor Sales a choisi de s'afficher dans l'univers There.com. Il est désormais possible de visiter l'intérieur de ces voitures, qui font également office de night-club.
 
Pour populariser une gamme de voitures sur le web, les spécialistes du marketing pouvaient déjà acheter des mots-clés, créer des sites temporaires. Il est maintenant possible de transformer ces automobiles en univers virtuels au sein d'univers virtuels. C'est ce qu'a choisi de faire la filiale américaine du constructeur japonais Toyota. Celui-ci s'est associé au créateur de There.com, Makena Technologies et à la société Metaversitility, afin de lancer le "Club Scion".
 
Un aperçu extérieur et intérieur
 
Cet espace comprend la reproduction des trois modèles de la gamme Scion (xA, xB et tC) que le constructeur souhaite mettre en valeur. Il est possible de les observer de l'extérieur, si l'on teste ou achète les propulseurs en vente dans la boutique de There.com. Il est également permis de faire un tour du propriétaire à l'intérieur de l'habitacle. Les voitures sont en effet aménagées pour recevoir les internautes et leur donner à voir les aménagements réels de la voiture.
 
Renault est aussi sur le créneau
 
Pour ne pas se limiter à un public d'amateurs automobiles, le Club Scion fait également office de night-club. "Club Scion est un exemple parfait de comment There.com travaille avec les marketers pour développer des concepts qui autorisent les consommateurs à interagir avec les produits et les marques", estime le p-dg de Makena, Michael Wilson. Toyota n'est pas seul à investir les mondes numériques. Le Français Renault avait déjà mis en place un site avec ING pour vanter les mérites de son écurie de Formule 1.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 17/08/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas