Les dossiers de l'Atelier

WIF 2010 : un festival limousin plus international que jamais

Situé au coeur du pôle de compétivité Elopsys, le festival des métiers de la création web et du design est devenu un centre névralgique pour la création, la recherche, la formation, mais aussi pour l'économie.

WIF

Le festival, qui s'est tenu du 3 au 5 juin à Limoges, a fait alterner compétitions entre créatifs du monde entier, ateliers d'animation, expositions, et networking. Les sélections ont permis cette année de porter la "marque" WIF dans neuf pays, et de tisser des liens et créer des échanges entre professionnels. Des créations originaires de ces pays ont été mises en avant, provenant aussi bien d'étudiants que de sociétés. Ce qui est intéressant, c'est aussi qu'autour de ce festival gravite un parcours qui va de l'évènementiel à la formation, et du grand public au monde professionnel, pour sensibiliser les plus jeunes jusqu'à l'entrepreneuriat et la création de projets.

Un festival aux reflets d’une volonté de région

De nombreux designers viennent aujourd’hui y dispenser des cours, car les formations spécialisées sont rares. Et cette année, la compétition s'est déclinée pour les plus jeunes dans un format pédagogique à la découverte des métiers de l'internet. "La région du Limousin est connue pour son activité agricole, mais nous voulons faire connaitre la région par un jour qui préfigure le 21ème, et nous avons décidé de nous impliquer fortement", a ainsi expliqué Jean-Paul Denanot, le président du conseil général du Limousin.

Supporter et lancer les initiatives innovantes locales

Ce dernier étant l'organisme coordonnant le festival. Côté entreprises innovantes et porteurs de projets et start-up, le WIF a proposé cette année speeds meetings, et présentations de projets venus de France et de Belgique  auprès d'investisseurs potentiels et de journalistes. Une opportunité pour les entrepreneurs et créatifs d’obtenir un soutien et de pouvoir s’implanter peut être localement. L’un des modèles de réussite était présent au festival au travers de Manuel Diaz du Groupe Emakina, société de buzz marketing, présent en 2010 dans toute l’Europe et depuis peu numéro un des agences au Bénélux. Panorama.

Interfaces, mutations sociales et innovation au cœur du WIF2010

Galdric Pons

Galdric Pons

Expert RIA/3D/mondes virtuels

L'Atelier

En savoir plus sur l'auteur

09 juin 2010 Laisser un commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Le WIF, c'est l'occasion de revenir plus en détail sur les grands changements qui s'opèrent dans le monde du webdesign. Et pas seulement au niveau technologique.

Par Galdric Pons, Expert RIA/3D/mondes virtuels - L'Atelier
Le festival accueillait cette année des conférenciers détecteurs de tendances, et qui ont profité du WIF pour répondre aux sujets du moment : le design de l’information en ligne, la surcharge d’information, la création des objets de demain, les nouvelles interfaces sensibles, tangibles… Le tout en observant les mutations sociales du comportement de chaque individu connecté, et de plus en plus en situation de mobilité. Parmi eux Rémy Bourganel, directeur design et user experience chez Orange Vallée. Et cette année président du jury du festival. Il explique à L'Atelier : "les télécoms, les médias et Internet convergent", et autant d’individus connectés bouleversent notre manière de communiquer. Tout l’enjeu aujourd’hui étant d’oublier la technologie et de se concentrer sur la question de ce qui crée du sens. Il animait par ailleurs une conférence qui tentait de redéfinir la manière d’enseigner le métier de designer, à la croisée de plus en plus d’expertises.
Penser d'abord à l'usage
Les métiers ont évolué et celui de designer oscille entre une connaissance sociologique, culturelle de son contexte et un "design thinking" créatif. Une de ses applications sortie sur iPhone, "On Trace", connecte par exemple deux personnes via un dispositif poétique sans texte ni son, mais au travers du tactile. En témoignent aussi les recherches de Legrand dans la maison intelligente et la domotique. Le constructeur était venu présenter des prototypes d’interactions simples et naturelles, à des fins d’ambiance ou d’assistance, connectés et contrôlables par un simple mobile... D'autres exemples : Etienne Mineur, designer et président du jury du WIF2008, a également présenté ses dernier travaux. Pour lui, l’enjeu est de repenser nos interfaces quotidiennes pour se réapproprier ces objets physiques de communication, de l’écran tactile à la manette de jeu. Quant à Stéphane Hugon, sociologue et enseignant à l'université Descartes Sorbonne à Paris, Internet a changé l'individu en être communautaire, qui possède de multiples 'avatars'. Et qui est lui-même en train de changer, et de changer notre manière d'envisager la communication entre individus.
Des objets plus sociaux et humains que technologiques
Le but étant de laisser de côté la fonction des objets, pour s'attacher à ce qui a du sens d’un point de vue plus social : laisser les personnes qui vont les utiliser se les approprier. C'est une source d'innovation sur le marché : trop d'études marketing ne prennent pas assez en compte l'aspect sociologique. Il a ainsi évoqué le principe de "diagnostic par le design relationnel", comme l’illustre cet exemple cité d’une intégration de réseau social en entreprise : il a d'abord fallu comprendre les individus avant de discuter de son aspect technique. Selon lui, Internet est révélateur d'une transformation sociétale - usagers, forme identitaire communautaire, imaginaires sociaux, valeurs, esthétique sociale - qui va changer le reste du monde. On évoquera également le plaisir de l’interface, de sa manipulation, de la manière de mettre en scène un ensemble d’informations, qu’il s’agisse de bases de données ou de la presse en ligne.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas